Pour sa 59e édition, l'épreuve organisée par Thierry Cazeneneuve et Charly Mottet reste fidèle à sa tradition montagneuse. Après le contre-la-montre de mercredi dans la Drôme, la course s'attaque au Mont Ventoux puis à une grande étape de cols (Croix-de-Fer, Mollard, Télégraphe) sur la route de Valloire, samedi, à la veille de l'arrivée à Annecy. Les sprinteurs, tels le Belge Tom Boonen venu poursuivre son approche du Tour après sa récente blessure à un pied et le Norvégien Thor Hushovd, disposent de rares occasions pour gagner.

Mais ils prennent aussi le Dauphiné comme un passage obligé avant le Tour qui commence à Londres le 7 juillet. "Arrêtez avec le Tour, nous avons bien le temps d'y être. Nous sommes au Dauphiné, c'est une très grande course, je me sens fier d'en être le leader" , rappelait l'an passé l'Américain Levi Leipheimer avant de remporter l'épreuve et de signer la troisième victoire américaine en cinq ans. Lance Armstrong avait pris, en effet, ses habitudes dans une course qui étalonne de façon rigoureuse les valeurs du mois de juin.

Dauphiné Libéré
Moreau retrouve l'ambition
18/06/2007 À 16:00

Les espoirs français

En venant dans les Alpes, Vinokourov (lauréat en 1999) et Valverde imitent le septuple vainqueur du Tour. Le Kazakh, qui dit ne pas viser le classement général, se présente avec son cadet Andrey Kashechkin, son lieutenant préféré. L'Espagnol, qui cherche à dissiper la suspicion autour de son nom, se déplace en compagnie de son compatriote Oscar Pereiro, ex et peut-être futur maillot jaune du Tour 2006 selon les décisions à venir concernant Floyd Landis. D'autres leaders d'équipes déjà tournés vers la Grande Boucle (Leipheimer, Contador, Menchov, Evans) sont sur les rang, ainsi que des grimpeurs spécifiques -Piepoli sera-t-il aussi irrésistible qu'au récent Giro ?- et rouleurs reconnus (Millar, Zabriskie, Wiggins).

Le contingent français du ProTour, discret dans le Tour d'Italie, réserve pour le Dauphiné la quasi-totalité de ses meilleures troupes. Qu'elles soient expérimentées, comme Christophe Moreau (vainqueur en 2001 et 2e en 2006) et Cyril Dessel, voire Thomas Voeckler, Sandy Casar, Pierrick Fédrigo et Sylvain Chavanel, ou simplement prometteuses, tel Rémy Di Gregorio, au profil proche du jeune Richard Virenque par ses origines méridionales, son goût pour l'attaque et sa qualité de grimpeur.

Sans Agritubel, qui n'a pas reçu de carton d'invitation, et sans l'équipe britannique Barloworld, ce sont dix-neuf des vingt-et-une formations du Tour de France qui s'alignent au départ du prologue de Grenoble, un aller-retour en ligne droite de 4,2 kilomètres sur un parcours rigoureusement plat. La suite, sans aucune bonification, s'annonce autrement plus escarpée.

Dauphiné Libéré
Moreau, six ans après
18/06/2007 À 07:21
Dauphiné Libéré
Vinokourov: "L'équipe marche fort"
17/06/2007 À 15:30