AFP

Fédrigo a tenu bon

Fédrigo a tenu bon
Par Eurosport

Le 28/03/2010 à 14:30Mis à jour

Pierrick Fédrigo n'a pas craqué. Après sa victoire au sommet de l'Ospedale samedi, le Français de Bbox a tenu bon dimanche. Il a signé le 12e temps du chrono remporté par David Millar devant Alberto Contador. Largement suffisant pour lui permettre de remporter ce Criterium International.

Pierrick Fédrigo a déjà connu quelques jolis moments dans sa carrière, jalonnée notamment d'un titre de champion de France, de deux victoires d'étape sur le Tour de France ou d'un succès dans le Grand Prix de Plouay. Mais ce week-end restera sans doute très spécial aux yeux du Marmandais, qui a signé une victoire majuscule dans un contexte relevé en enlevant, avec la manière, le Critérium International.

    On attendait Contador, on a donc eu Fédrigo. Et il n'y a rien à redire. Vainqueur en solitaire au sommet du col de l'Ospedale samedi, le protégé de Jean-René Bernaudeau a assumé son statut de leader de bout en bout dimanche. D'abord en allant chercher la troisième place de la demi-étape matinale en ligne, remportée par le Britannique Russell Downing (Team Sky). Une troisième place qui offrait à Fédrigo deux secondes de bonification. De quoi envisager le contre-la-montre final de l'après-midi avec une certaine sérénité et une marge de 17 secondes sur son dauphin, Machado, 23 sur Samuel Sanchez et 27 sur un groupe de six coureurs, dont Cadel Evans et Michel Rogers. "Les jambes sont là, le moral aussi. Sur l'état de forme, il faut vraiment que j'ai un coup de moins bien pour que je sois battu", avait-il alors confié.

    La réaction de Contador

    Fédrigo avait raison. Il n'allait pas être battu. Un maillot jaune, même si ce n'est pas le Tour, ça galvanise. Gonflé à bloc par la perspective de cette victoire, le leader de Bbox Bouygues Télécom a signé le 12e temps du chrono, à seulement 17 secondes de David Millar (Garmin), vainqueur en spécialiste. Au classement général final, Fédrigo a donc préservé 14 secondes d'avance sur Rogers (HTC Columbia) et 15 sur Tiago Machado (RadioShack). "Franchement, c'est énorme, a confié le héros du week-end corse. Il n'y avait pas énormément d'écarts et j'ai dû batailler. Quand on voit le palmarès, ça fait plaisir d'être en compagnie de quelques grands noms. Samedi, j'étais dans un grand jour. J'ai su saisir ma chance ce week-end. C'est une grande victoire."

    A 31 ans, Pierrick Fédrigo surfe sur la lancée de son excellente année 2009. Cette victoire confirme à la fois son potentiel et la bonne tenue globale du cyclisme français en ce début de saison. Reste maintenant à franchir le cap à partir du mois d'avril sur des grandes courses, qu'il s'agisse des classiques ou des courses par étapes. En attendant, Jean-René Bernaudeau aurait tort de bouder son plaisir. Lui qui cherche un nouveau sponsor pour prolonger l'aventure, puisque Bouygues va se retirer en fin de saison, ne peut voir que d'un bon oeil une victoire de ce calibre. D'autant que, cerise sur le gâteau, Pierre Rolland a ramené dans la besace vendéenne le maillot de meilleur grimpeur.

    Contre toute attente (il en fut d'ailleurs le premier surpris), Fédrigo a donc éclipsé les têtes d'affiche attendues de ce Critérium. A commencer par Alberto Contador. Après son coup de buis dans l'Ospedale, le Madrilène n'avait plus rien à espérer dimanche au général (il termine finalement 15e). Mais il avait visiblement retrouvé du souffle et son allergie l'a laissé tranquille dimanche. Il ne lui a manqué que deux secondes pour remporter le chrono. Seul Millar l'a battu. Mais il termine sur une bonne note. De toute façon, personne n'était franchement inquiet pour lui. Contador peut simplement nourrir des regrets, car ce Critérium, sur son format, était taillé pour lui. Il venait en revanche beaucoup trop tôt pour Lance Armstrong, 15e du contre-la-montre dimanche et 47e du classement final. Finalement, les retrouvailles Contador-Armstrong ont viré au non-évènement sur la route. L'évènement, c'est Fédrigo qui l'a créé.

    AFP

    0
    0