La saison n’a pas encore commencé qu’elle s’en trouve déjà fortement bouleversée. Vainqueur du Tour d’Italie 2017 et deuxième du Tour de France 2018, Tom Dumoulin a décidé de prendre du recul avec le cyclisme professionnel. Après une première information de Wierflits.nl, la Jumbo-Visma a confirmé dans un communiqué que le Néerlandais, actuellement en stage à Alicante, en Espagne, avait annoncé qu’il mettait sa carrière entre parenthèses, avec effet immédiat et pour une période indéterminée.

Un coup de tonnerre dans le peloton et une vraie surprise car Dumoulin avait pourtant livré ses envies et son planning de la saison dans une interview plus tôt cette semaine. Dumoulin voulait surtout revenir sur le Tour avec plus d’ambitions que l’an passé. Il faisait encore partie récemment de l’équipe annoncée par la Jumbo-Visma sur le prochain Tour de France mais son annonce surprise vient tout remettre en question.

Cyclisme
L'UCI maintient un protocole strict sur les courses au moins jusqu'à cet été
IL Y A 9 HEURES

Dans une vidéo délivrée par la Jumbo-Visma, Tom Dumoulin s’est expliqué de cette décision aussi surprenante que réfléchie. "C’est un sentiment que j’ai depuis un moment, des mois peut-être, probablement même un an, explique-t-il. Je veux que tout le monde autour de moi soit content mais à cause de ça, j’ai oublié ce que je voulais moi-même. Qu’est-ce que je veux pour ma vie ? C’est la question que je me pose depuis des mois maintenant… Je n’ai pas le temps de répondre à cette question parce que la vie de cycliste professionnel ne t’en laisse pas le temps. Est-ce que je veux toujours être un cycliste ? Si oui, comment ? J’ai l’impression que je ne sais plus quoi faire et que je continue de laisser la réponse à cette question à d’autres, juste pour faire ce qui est bien pour chacun. Mais ça ne mène à rien et ça m’a même rendu malheureux et c’est dommage. Ce n’est pas censé être comme ça. C’est pour ça que j’ai décidé hier de faire une pause pour un certain temps."

"Je ne pensais pas que ça serait si difficile"

"Je ne sais pas où ça mènera mais, quoi qu’il en soit, je veux faire le point, réfléchir à ce que je veux faire, avec le cyclisme, avec ma vie, assure-t-il. Peut-être que dans je reviendrais sur ma décision dans 2 mois, avec du courage et de l’envie mais peut-être que tout ira alors pour le mieux. Peut-être que je veux toujours être un cycliste professionnel. Je ne sais pas. Mais le plus important, pour l’heure, c’est de me recentrer sur ce que moi je veux".

Tom Dumoulin était devenu une star du peloton après son titre de champion du monde du chrono et son succès sur le Giro en 2017 et l’un des principaux candidats à la victoire sur le Tour de France. Un nouveau statut qu’il a eu beaucoup de mal à digérer. "Pour être honnête, j’ai eu du mal avec les attentes que tout le monde a eu en moi après mes premiers gros succès, avoue t-il. Gérer ses attentes, ça a été plus difficile que je ne le pensais et c’est comme ça depuis trop longtemps. Il est temps que je clarifie tout ça pour moi-même". Et qu’importe si personne ne s’attendait à cela aussi peu de temps après l’annonce de son planning pour la saison.

Tom Dumoulin

Crédit: Getty Images

"Je comprends que ça puisse paraitre bizarre mais ça fait trop longtemps que je galère avec ces doutes enfouis en moi, explique le Néerlandais. Et à l’arrivée, personne n’y gagnait à ce que je continue à galérer comme ça pour éventuellement finir 12e du Tour et 5e des JO. Ça n’avait aucun sens, pour moi comme pour l’équipe. Pendant longtemps, je me suis dit 'peut-être que si je recommence juste à courir…' Je veux dire, j’adore toujours faire du cyclisme. Je me disais que peut-être en allant au camp d’entrainement, j’allais retrouver mes bonnes sensations. Que j’allais rebasculer du bon côté. Mais ça n’a pas été le cas."

D’où cette décision de mettre une carrière professionnelle déjà bien riche entre parenthèses pour mieux se concentrer sur sa vie personnelle et retrouver le sourire. Une décision efficace visiblement. "D’avoir pris cette décision et qu’elle ait été aussi bien accepté par l’équipe, c’est un soulagement, racontait-il avec le sourire. Je me réveillé heureux. Je suis juste content d’avoir enfin pris la décision de prendre du temps pour moi". Et qui sait si ça ne sera pas salvateur pour la suite de sa carrière. A condition, bien sûr, que celle-ci existe.

Trophée Laigueglia
Mollema s'offre la semi-classique en solitaire, Bernal deuxième
IL Y A 12 HEURES
Paris - Nice
Montagnes russes, chrono court et émotion à La Colmiane : le parcours à la loupe
IL Y A 6 HEURES