AFP

Europcar, le miracle permanent

Europcar, le miracle permanent
Par Eurosport

Le 26/01/2012 à 12:09Mis à jour Le 26/01/2012 à 12:22

Le Team Europcar a levé le voile sur sa saison 2012 ce jeudi. Les Vendéens feront, comme d'habitude, avec des moyens serrés. Ce qui ne les empêchera pas de viser haut avec leurs deux leaders : l'incontournable Thomas Voeckler et le talentueux Pierre Rolland.

Jean-René Bernaudeau est un magicien, capable de mener une équipe au budget modeste sur les cimes du peloton mondial. 2011, Europcar s'engage à la dernière minute avec le manager vendéen. Huit millions pour faire tourner la boutique, très loin des budgets XXL des autres écuries du Pro Tour. Résultat, 10 jours en jaune, un maillot blanc et deux hommes parmi les 11 meilleurs coureurs du dernier tour de France. "2011, c'est une belle histoire. On est parti sur des bases très saines. On est déjà beaucoup aimé. Je suis très fier de cette année. Les gens nous disent merci plutôt que bravo grâce à l'image de l'équipe. Au pied de l'Alpe d'Huez, il y avait quasiment toute l'équipe pour défendre le maillot", s'est réjoui le manager lors de la présentation de l'équipe.

2012, Bernaudeau compte bien encore sortir quelques lapins de son chapeau. Fatalement, les mines sont réjouies et les sourires de rigueur à la traditionnelle présentation de début de saison ce jeudi.  Et si le Pro Tour boude encore son équipe, Bernaudeau ne s'en formalise pas.  Bien sûr, il s'appuiera d'abord sur son plus fidèle ambassadeur : Thomas Voeckler. Au sommet de son art l'an dernier (7 victoires, 10 jours en jaune sur le Tour), l'Alsacien sera le leader de la formation vendéenne même s'il tempère l'enthousiasme qui escorte chacune de ses apparitions désormais : "La pression ne me dérange pas. J'ai de l'expérience, je fais avec. Mes objectifs ? On est le 26 janvier, c'est facile de parler. Il faut rester humble." Voeckler ne sera pas seul.

Un effectif qui s'internationalise

Son fidèle lieutenant l'été dernier, Pierre Rolland, vainqueur à l'Alpe d'Huez et meilleur jeune du Tour 2011 supportera une grande partie des ambitions d'Europcar en juillet prochain. Pour lui, attendu désormais dès que la route s'élèvera, le plus dur commence : "Cette année, je ne vais pas pouvoir jouer sur l'effet de surprise. L'objectif reste le Tour". Pour escorter leurs deux têtes de gondole, les Verts comptent une belle garde rapprochée : Christophe Kern, 6e du dernier Critérium du Dauphiné, Anthony Charteau, meilleur grimpeur du Tour 2010 et Cyril Gautier. Le Breton, qui manque encore de grandes références, pourrait être la révélation de l'année coté vendéen. À moins que les recrues révèlent encore les talents de dénicheur de gros potentiels de Bernaudeau.

Davide Malacarne a le profil de l'emploi. L'Italien, qui arrive de Quick Step, sort de saisons difficiles marquées par les blessures mais son talent est certain. Et le manager du Team Europcar mise gros sur lui : "Il sera sans cesse à l'attaque. C'est un gros talent". Les autres nouveaux arrivants, le Tunisien Rafaa Chtioui, l'Italien Matteo Pelucci et l'Allemand Bjorn Thurau internationalisent l'effectif. Une évolution souhaitée par JR. Tous supporteront de hautes ambitions qui se concentreront essentiellement entre juin et juillet. Mais pas seulement : "On ne fera aucune course pour préparer celle d'après. Nous respectons les organisateurs", rappelle le boss vendéen. Depuis tros ans, l'équipe vendéenne ne cesse de garnir son palmarès, un peu plus chaque année. Ce sera compliqué de faire mieux qu'en 2011. Même si avec Jean-René Bernaudeau, il ne faut jamais douter de rien.

0
0