Sous le coup d’une enquête préliminaire pour soupçon de dopage, l’équipe Arkéa-Samsic est dans le brouillard. Ouverte par le pôle santé publique du parquet de Marseille le 21 septembre, au lendemain du Tour de France, l’enquête porte sur la Grande Boucle. Elle n’a pas encore rendu son verdict. Celui-ci pourrait bien compromettre l’avenir de la formation bretonne qui, outre les éventuelles sanctions qu’elle encourt, risque de perdre l’un de ses sponsors. C'est ce qu'a expliqué Christian Roulleau, fondateur de Samsic, ce jeudi dans les colonnes de Ouest France.

"Les choses sont relativement claires. S'il y a mise en examen, on arrête. S'il n'y a pas de mise en examen, on continue", a-t-il ainsi déclaré, alors que Samsic sponsorise l'équipe d'Emmanuel Hubert depuis 2018. Il estime que ce couperet serait rédhibitoire : "Pour moi, s'il y a mise en examen, c'est que vous avez fait une connerie, que vous avez quand même fauté (...) Il n'y a pas d'équivoque. Si c'est 'on a fauté', moi, je me retire."

Paris - Nice
Pas de fracture cervicale pour Barguil
12/03/2019 À 15:31

Arkéa-Samsic, nouvelle dimension ? "Quintana apporte tous ces petits détails de champion"

Pendant ce temps-là, sur le terrain...

Deux membres de l'équipe médicale d'Arkéa-Samsic avaient été mis en garde à vue, à l'issue du Tour, pour "administration et prescription à un sportif, sans justification médicale, de substance ou méthode interdite dans le cadre d'une manifestation sportive". Trois jours après l'arrivée aux Champs-Elysées, la formation avait annoncé que deux de ses coureurs avaient été entendus et pouvaient poursuivre leur saison "sans restriction".

Côté sportif, Arkéa-Samsic continue donc d'avancer. Et plutôt bien, malgré l'absence d'un Nairo Quintana qui panse ses plaies. Pour preuve, notamment : la victoire de Nacer Bouhanni lors de Paris-Chauny le 27 septembre et les "Top 10" à répétition de Warren Barguil (4e de la Flèche wallonne, 9e de Liège-Bastogne-Liège et 5e de la Flèche Brabançonne).

Warren Barguil et ses coéquipiers d'Arkéa-Samsic

Crédit: Getty Images

"Par contre s'il n'y a rien, on va faire un buzz"

Mais l'avenir de l'équipe se joue donc en partie loin du bitûme. "On attend avec impatience la fin de l’histoire, et on espère que la justice va aller très vite. On ne se rend pas compte des dégâts que cela peut faire", regrette Christian Roulleau, soucieux des répercussions que l'affaire peut avoir sur "sa" boîte.

Le fondateur de Samsic se dit en revanche prêt à faire du bruit, si l'enquête aboutit à un non-lieu : "Par contre s'il n'y a rien, on va faire un buzz." Il raconte que les soupçons qui pèsent sur Arkéa-Samsic ont été difficiles à vivre en interne : "Un garçon comme Warren (Barguil) était catastrophé avec ça. Manu (Hubert) est malheureux aussi avec ça (...) Cela salit tellement de gens..." D'où son envie de clamer haut et fort qu'ils n'étaient pas fondés, s'il s'avère que l'enquête le conclut.

Comment Quintana tire Arkéa-Samsic vers le haut ? Les explications détaillées de Maxime Bouet

Tour de France
Delaplace combatif du jour
02/07/2016 À 15:03
Paris - Nice
Fédrigo n'était pas au départ
09/03/2016 À 13:02