AFP

Démare ne s'arrête plus

Démare ne s'arrête plus
Par Eurosport

Le 29/02/2012 à 16:57Mis à jour Le 29/02/2012 à 17:51

Arnaud Démare (FDJ) a remporté le Samyn mercredi en s'imposant au sprint devant Kris Boeckmans (Vacansoleil) et Adrien Petit (Cofidis). C'est déjà la deuxième victoire de la saison pour le champion du monde Espoirs, qui effectue ses premiers pas chez les pros en 2012.

Comme un air de déjà vu. Arnaud Démare qui lève les bras, Adrien Petit qui l'accompagne sur le podium, tout cela rappelle délicieusement le scénario du Championnat du monde Espoirs l'an dernier. Mercredi, les deux jeunes pousses du cyclisme français n'étaient pas coéquipiers, mais ils ont confirmé l'étendue de leur potentiel. Tout particulièrement Démare. Il se savait attendu, mais le jeune sprinter de l'équipe FDJ n'a pas déçu. Il a eu le dernier mot dans l'emballage final pour devancer le Belge Kris Boeckmans, qui a coincé dans les derniers mètres, et Adrien Petit.

C'est déjà la deuxième victoire de la saison pour le champion du monde Espoirs, qui avait remporté une étape du Tour du Qatar voici quelques semaines. Doué et sans complexe, Démare s'est adapté à vitesse grand V chez les pros. Il avait également pris la quatrième place de Kuurne-Bruxelles-Kuurne, remporté dimanche par Mark Cavendish. Il est en train de marcher sur les traces de Marcel Kittel ou John Degenkolb, les deux jeunes sprinters allemands qui avaient impressionné eux aussi pour leurs débuts l'an dernier. Sauf que Kilttel et Degenkolb avaient un an de plus que lui au moment de leur passage chez les pros...

"Un faux plat comme je les aime"

Comme souvent, c'est donc au sprint que s'est décidée la victoire sur Le Samyn. Les attaques ont pourtant été nombreuses tout au long des 198 kilomètres de course. Après une première heure sans échappée, un groupe de cinq coureurs est sorti, comptant jusqu'à plus de neuf minutes d'avance. Ce groupe, mené par Iljo Keisse (Omega Pharma), a été repris à 25 kilomètres de l'arrivée. Les offensives de Johan Le Bon (Bretagne-Schuller) ou Michal Kwiatkowski dans le final n'y ont rien changé. Tout allait se jouer au sprint, pour le plus grand bonheur d'Arnaud Démare.

"C'est clair que c'était un faux plat comme je les aime, a confié le vainqueur devant els caméras de la télévision belge. Un faux plat comme ça, ça me rappelle les mondiaux à Copenhague. L'équipe a fait un super travail, j'arrive à revenir sur le Vacansoleil, Je l'ai ajusté, je sentais que j'avais encore de la réserve, je me suis dit 'c'est lui qui va coincer, pas moi'. D'entrée de jeu c'était assez dur, il ne fallait pas trop s'épuiser à l'approche du sprint. J'ai bien négocié ça. Au briefing, on a dit qu'on faisait la course pour moi. On avait déjà bien fonctionné à Kuurne. On a réussi à faire ça merveilleusement."

0
0