AFP

Imbattable Baugé?

Imbattable Baugé?
Par Eurosport

Le 27/03/2011 à 11:14Mis à jour Le 28/03/2011 à 15:53

Grégory Baugé, champion du monde de vitesse pour la troisième fois consécutive, est lancé vers l'or olympique à Londres. Pour Daniel Morelon, la légende française du cyclisme sur piste, il n'y aucune raison pour que Baugé n'obtienne pas la consécration suprême en 2012.

Sa démonstration dans le vélodrome d'Apeldoorn a impressionné tout le milieu de la piste. Le coureur de l'INSEP, où il est entraîné par Florian Rousseau, a suscité l'admiration générale, du Britannique Jason Kenny, son rival malheureux en finale ("il m'a complètement laminé !"), à l'ex-champion olympique, l'Allemand Jens Fiedler. "Sur ce qu'on a vu ici, il est imbattable", estime Daniel Morelon, présent à Apeldoorn en tant qu'entraîneur de l'équipe chinoise. "S'il se maintient à ce niveau, il va droit vers le titre olympique".

Jusqu'à présent, le "Tigre" de l'US Créteil a gardé un goût amer de ses expériences olympiques. A Athènes, en 2004, il n'était que remplaçant de l'équipe de vitesse, bien qu'il se soit révélé quelques mois plus tôt par un temps canon aux Prémondiaux de Bordeaux. A Pékin, quatre ans plus tard, il a dû se satisfaire de la médaille d'argent de la vitesse par équipes. Sur l'anneau chinois, les Français, champions du monde en titre, avaient été surclassés contre toute attente par les Britanniques. Baugé, écarté de la vitesse individuelle (au profit de Bourgain et Sireau), avait disputé le keirin, une épreuve qui ne lui avait pas souri. Autant dire que le Guadeloupéen nourrit une motivation décuplée par la perspective des JO. "A Londres, il n'y a que l'or qui m'intéresse", a répété Baugé quelques instants après son troisième titre mondial en vitesse, de loin le plus accompli.

Parmi les plus grands

"Son premier titre (en 2009) a été un peu difficile à obtenir, estime Morelon. L'an dernier déjà, il était impérial. Cette année, il a encore progressé. Il a tout pour lui: la puissance, la vitesse, la tactique". "S'il est sérieux et motivé, on ne voit pas ce qui peut lui arriver, sauf blessure ou maladie", ajoute le dernier champion olympique français de vitesse (1972 à Munich). Florian Rousseau préfère rester prudent. Celui qui a gagné lui aussi trois titres mondiaux en vitesse mais a été battu en finale des JO de Sydney (2000) consent cependant à dire: "Greg a encore de la marge. Il peut encore progresser."

En attendant, Baugé appartient déjà au gotha du sprint tricolore. Son triple sacre perpétue la tradition française. Il a rejoint dans cette épreuve reine son entraîneur Florian Rousseau qui a gagné lui aussi à trois reprises consécutivement de 1996 (Manchester) à 1998 (Bordeaux) en passant par la ville australienne de Perth en 1997. Autre légende de la piste, Daniel Morelon, présent dans le vélodrome d'Apeldoorn en tant qu'entraîneur de la sélection chinoise, a remporté dans les années 1960 et 1970 sept titres mondiaux en vitesse chez les amateurs, qui constituaient alors la catégorie la plus relevée, ainsi que deux titres olympiques en vitesse (1968 et 1972).

Les victoires françaises au Championnat du monde de vitesse (depuis 1946)

Michel Verdeun: 1950 (amateur)
Michel Rousseau: 1956, 1957 (amateur), 1958 (professionnel)
Pierre Trentin: 1964 (amateur
Daniel Morelon: 1966, 1967, 1969, 1970, 1971, 1973, 1975 (amateur)
Florian Rousseau: 1996, 1997, 1998
Laurent Gané: 1999, 2003
Arnaud Tournant: 2001
Grégory Baugé: 2009, 2010, 2011

0
0