Il fallait être complètement marteau pour imaginer le scénario de la course en ligne élite dames des Mondiaux de Wollongong. Victime mercredi d’une fracture du coude suite à une improbable chute au départ du relais mixte, incapable de suivre les meilleures lors des deux derniers passages au Mount Pleasant, Annemiek van Vleuten a quand même trouvé le moyen ce samedi d’être sacrée championne du monde pour la 2e fois de sa carrière, trois ans après son solo du Yorkshire.
Revenue sur la tête de course à la flamme rouge, la n°1 mondiale a surpris les concurrentes les plus rapides, Lotte Kopecky en tête (2e), en anticipant le sprint. Une victoire impensable, sans qu’elle puisse lever les bras, qui couronne une saison hors norme pour la coureuse de Movistar.
Mondiaux sur route
"J’ai les larmes qui ont coulé" : Gilbert a été touché par le sacre d’Evenepoel
11/10/2022 À 22:59

Journée noire pour les Néerlandaises avant le miracle Van Vleuten

Les trombes d’eau s’abattaient sur le circuit urbain australien et l’équipe néerlandaise semblait en plein naufrage dans l’avant-dernier passage du Mount Pleasant. L’image est rarissime : aucune “orange” ne figure alors dans le groupe des cinq costaudes qui se détache dans les rampes rectilignes et abruptes de la difficulté principale du circuit. Pas d’Ellen van Dijk ou de Marianne Vos, ni de Demi Vollering, testée positive au covid-19 avant le départ. Et pas même d’Annemiek van Vleuten, la meilleure grimpeuse du monde, qui bascule dans un 3e groupe à une vingtaine de secondes d’Ashleigh Moolman-Pasio, Cecilie Uttrup Ludwig, Liane Lippert, Katarzyna Niewiadoma et Elisa Longo Borghini.
La course semblait pliée pour les Néerlandaises. Mais le quintet de tête, qui a pourtant compté une demi-minute d’avance, ne s’est pas suffisamment entendu. Sous l’impulsion de van Vleuten et van Dijk, qui sacrifiaient leurs chances pour Vos, le peloton est revenu dans le dernier tour. Un premier miracle pour les Néerlandaises. Le scénario s’est répété dans l’ultime grimpée de Mount Pleasant. Le même groupe de cinq s’est isolé. Mais celui-ci a de nouveau tergiversé, laissant un groupe de contre, où figuraient Van Vleuten et la Française Juliette Labous, revenir sous la flamme rouge.

Van Vleuten championne du monde avec un coude cassé : et si c'était du bluff ?

La plus vieille championne du monde de l’histoire

Quelques mètres plus loin, AVV a tenté son va-tout. Sa seule attaque de la journée a été la bonne. Les plus rapides du groupe n’ont pas daigné prendre sa roue, et Van Vleuten est allée s’imposer malgré son os abimé, avec une seconde d’avance sur la Belge Lotte Kopecky et l’Italienne Silvia Persico, Juliette Labous prenant elle la 7e place. Elle devient, à 39 ans, la plus vieille championne du monde de l’histoire, un record détenu depuis 1985 par Joop Zoetemelk, sacrée à 38 ans. Un exploit “van vleutenesque”, un de plus dans une saison qu’elle domine d’une main de fer, après son sacre à Liège-Bastogne-Liège et son triplé sur les grands tours (Giro, Tour, Vuelta).
https://i.eurosport.com/2022/09/24/3459290.jpg
Mondiaux sur route
"Alaphilippe est soulagé de ne plus avoir ce maillot arc-en-ciel, ce sera du grand Julian en 2023"
10/10/2022 À 19:27
Mondiaux sur route
Leur champion est de retour : Evenepoel accueilli en héros à Bruxelles
27/09/2022 À 17:06