AFP

Orica GreenEdge en trombe, Tuft en rose

Orica GreenEdge en trombe, Tuft en rose

Le 09/05/2014 à 21:02Mis à jour Le 09/05/2014 à 22:03

La formation Orica GreenEdge a remporté la première étape du Giro, un contre-la-montre de 21,7 kilomètres dans les rues de Belfast. Omega Pharma - Quick Step (+5") et BMC (+7") complètent le podium. Le Canadien Svein Tuft a, lui, endossé le maillot rose de leader.

On pensait qu’il y aurait deux courses dans la course mais, finalement, les différents enjeux se sont superposés lors de cette première étape du Giro. A Belfast, l’équipe Orica GreenEdge était la favorite et elle n’a pas tremblé. En 24’42’’, les Australiens ont devancé l’Omega Pharma-Quick Step de Rigoberto Uran (+0’05’’) et la BMC de Cadel Evans (+0’07’’). Le Colombien et le vétéran australien ont tous deux effectué une très bonne opération dans l’optique de la victoire générale.

Car, derrière, les autres favoris n’ont pas suivi. Si le duo Roche-Majka (Saxo-Tinkoff, +0’23’’), Michele Scarponi (Astana, +0’38’’) et Nairo Quintana (Movistar, +0’55’’)  ont à peu près limité la casse,  le duo Niemec-Cunego (Lampre-Merida, +1’20’’) mais surtout Joaquim Rodriguez (Katusha, +1’33’’) ont concédé beaucoup de temps. Un sort que leur envie malgré tout l’Irlandais Dan Martin (Garmin), qui a déjà quitté la route du Giro, touché à la clavicule.

La pluie (déjà) actrice majeure

Le vainqueur de Liège-Bastogne-Liège 2012 a subi plus que quiconque les conséquences de l’apparition de la pluie en cours de contre-la-montre. L’Irlandais a glissé sur une plaque d’égout, envoyant au tapis trois autres de ses équipiers et retardant ainsi Ryder Hesjedal. Une chute qui a contraint Garmin à faire la moitié du circuit à cinq coureurs (+3’26’’ à l’arrivée). Mais, au-delà de la chute de l’Irlandais, la pluie a fortement perturbé l’évolution du chrono, notamment en ne gênant qu’une partie des équipes. Si les trois premières et les quatre dernières ont relativement échappé aux intempéries, les autres ont évolué sur des routes très glissantes, rendant impossibles la prise de risque dans les virages. D’ailleurs, toutes les équipes qui se sont élancées sous la pluie ont terminé – sauf la Movistar - entre la 11e et la 21e place. Tout sauf un hasard.

Le souci, c’est que ce contre-la-montre par équipes, qui ne devait pas créer de gros écarts, a finalement fait très mal à certains des vainqueurs potentiels de cette 97e édition du Tour d’ Italie. Joaquim Rodriguez (Katusha) l’a très mal débuté ce vendredi. Pourtant, en 2012, c’était lui le grand bénéficiaire du chrono par équipes. Mais à Belfast, Purito a très vite perdu Gusev, parti tout droit dans un virage, puis le gros rouleur Belkov, assez loin de l’arrivée. Assez pour être le grand perdant de cette première étape.

0
0