Reuters

Finalement, Ricco veut replonger

Finalement, Ricco veut replonger
Par Eurosport

Le 14/04/2011 à 13:29Mis à jour Le 14/04/2011 à 18:03

Riccardo Ricco retourne sa veste et affirme chercher une équipe professionnelle. Le sulfureux italien, hospitalisé après un auto-transfusion en début d'année, affirrme vouloir recourir. Et oublie un peu vite qu'il risque une suspension à vie.

Mais à quoi joue Riccardo Ricco ? Le mois dernier: "Le cyclisme me fait vomir". Aujourd'hui : "Je veux recourir". Jamais à un contre-pied près, le sulfureux Italien veut remettre le pied à l'étrier. "Je me sens encore cycliste professionnel", a-t-il annoncé mercredi en sortant du bureau du procureur antidopage Ettore Torri.

Avant de poursuivre: "Les marques d'estime des tifosi m'ont fait changer d'avis." Un changement d'avis aussi soudain qu'inattendu pour celui qui affirmait il y a un mois dans les colonnes de la Gazzetta dello Sport : "Je ne veux plus recourir. Pour rien au monde. J'ai tourné la page, le monde du cyclisme me fait vomir, tous ceux qui y sont me dégoûtent. Je vais faire barman, je préfère être un employé à mille euros par mois."

" Plus mort que vif "

Licencié par Vacansoleil, le Cobra, déjà suspendu 20 mois pour dopage en 2008, oublie un peu vite qu'il risque une suspension à vie et trois mois de prison après son auto-transfusion avec du sang qu'il avait conservé durant 25 jours dans son réfrégirateur. L'auto-transfusion justement, qu'en dit-il ? "Je ne me souviens de rien. J'étais plus mort que vif. On m'a seulement alors parlé d'un virus, le médecin répondra de ce qu'il a affirmé."

Selon l'avocat de Ricco, Fiorenzo Alessi, "les analyses ne donnent pas de résultats univoques." Alessi n'a pas encore reçu les notifications du parquet de Modène et présente cela comme une victoire: "Il n'y a aucune preuve contre Ricco". Mais l'enquête ne fait que commencer et le retour de Ricco sur un vélo reste largement en suspens.

0
0