A.Schleck : "Pas de raison d'être content"

A.Schleck : "Pas de raison d'être content"
Par Eurosport

Le 06/02/2012 à 15:04Mis à jour Le 06/02/2012 à 21:01

La réaction d'Andy Schleck était la plus attendue, après l'annonce de la suspension par le TAS d'Alberto Contador. Le Luxembourgeois se dit "triste" pour l'Espagnol et n'accepte pas de récupérer la victoire du Tour 2010 de cette façon. De son côté, Eddy Merckx a pris la défense de l'Ibère.

Maintenant que la sanction est tombée, les langues se délient. Forcément. Après l'annonce de la suspension pour deux ans d'Alberto Contador, le monde du cyclisme n'a pas tardé à donner son avis sur le sort réservé à l'Espagnol. Certains, comme Eddy Merckx, ont pris sa défense, d'autres, comme Eric Boyer, l'ont enfoncé et ont regretté le temps perdu. Comme prévu, la décision, tombée aux alentours de 12h00, n'a laissé personne indifférent.

Le commentaire le plus attendu était évidemment celui d'Andy Schleck. Il a fallu attendre 14h45 et un communiqué, laconique, de RadioShack pour connaître l'avis de celui qui a récupéré le gain de la Grande Boucle 2010 : "Il n'y a aucune raison d'être heureux. Je suis triste pour Alberto, avant tout. J'ai toujours cru en son innocence. C'est un jour très triste pour le cyclisme. La seule chose positive, c'est que le verdict a mis fin à 566 jours d'incertitude. On peut passer à autre chose maintenant", a commenté le Luxembourgeois. De son côté, Michele Scarponi s'est dit lui aussi "désolé" pour l'Espagnol. L'Italien de la Lampre, qui a "hérité" du Giro 2011, a tenu à préciser que "cette décision ne changeait pas la valeur des résultats (qu'il) avait obtenus par le passé, et de ses objectifs futurs".

Andy Schleck a confirmé qu''être déclaré vainqueur du Tour de France 2010 comme cela, ne (le) rendait pas heureux". "Je me suis battu contre Contador sur cette course et j'ai perdu. Mon objectif a toujours été de gagner sportivement cette épreuve, être le meilleur des athlètes, à la pédale, et pas devant les tribunaux. Si je gagne (le Tour) cette année, je considèrerais cela comme ma première victoire", a conclu le frère de Frank.

Merckx : "On veut tuer le cyclisme"

LaPresse

Sur l'antenne de RMC, Marc Madiot a lui aussi pris la parole, regrettant surtout un délai trop tardif : "Je n'en pense rien si ce n'est que c'est trop tard". Pour le manager de l'équipe FDJ-Big Mat, "on a fait un an et demi avec cette histoire sur le dos et un an après, on nous donne cette décision. Que la sanction soit favorable ou non à Contador, elle arrive beaucoup trop tard." Son homologue de Cofidis, Eric Boyer, a été plus virulent mais a partagé l'avis de Madiot. Pour le président de l'Association internationale des groupes cyclistes professionnels (AIGCP), l'Espagnol "paie le prix" de son erreur. "La règle du jeu, on la connait. La suspension n'est pas surprenante, c'est le règlement. Ce qui est dommage, c'est qu'il ait fallu tout ce temps-là", nous a-t-il expliqué par téléphone. "Ce n'est pas une bonne nouvelle parce que ça jette encore du discrédit sur (notre) profession. Un coureur qui gagne en trichant, ce n'est pas un champion, donc arrêtons de parler de Contador comme un champion". Quant à John Lelangue, il a refusé de prendre parti. Pour le manager de BMC et de Cadel Evans, la décision du TAS "ne change rien" pour son équipe, rajoutant qu'il ne fait pas le Tour "pour faire perdre Contador mais pour faire gagner Cadel". L'Australien, qui partira grand favori à sa propre succession en juillet, n'a lui pas encore réagi.

0
0