Eurosport

Garzelli a le dernier mot

Garzelli a le dernier mot
Par Eurosport

Le 16/03/2010 à 16:38Mis à jour

L'Italien Stefano Garzelli (Acqua e Sapone) a comblé son retard sur son compatriote Michele Scarponi (Androni Giocatolli) pour remporter la 45e édition de Tirreno-Adriatico grâce aux bonifications. La 7e et dernière étape a vu la victoire au sprint du Norvégien Edvald Boasson Hagen (Sky).

L'Italien Stefano Garzelli (Acqua e Sapone) a coiffé sur le fil son compatriote Michele Scarponi (Androni) pour remporter la 45e édition de Tirreno-Adriatico grâce à deux bonifications acquises lors la 7e et dernière étape, mardi à San Benedetto del Tronto. Au départ de l'étape, Garzelli possédait deux secondes de retard sur Scarponi, vainqueur l'an passé de la "course des deux mers" et en tête du général depuis samedi. Le tracé ne comportant aucune difficulté majeure, l'ancien vainqueur du Giro (2000) ne pouvait pas envisager d'attaquer.

Il ne restait alors plus que deux sprints de bonifications glissés sur le parcours pour tenter de reprendre ces deux secondes. Et à 36 ans, le natif de Varese (nord) ne s'est pas fait prier, terminant 3e des deux sprints, soit un gain de 1 seconde à chaque fois. Garzelli revenu dans le même temps que Scarponi, c'est le règlement qui a fait office de juge de paix pour départager les deux coureurs: et là encore, Garzelli a pris l'avantage grâce à ses classements cumulés lors des six premières étapes, meilleurs que ceux de Scarponi.

Avant Milan- Sanremo

"C'est absurde, à ne pas y croire. On dirait un film...", a commenté après coup le vainqueur tout en admettant: "J'y croyais, je n'avais rien à perdre. Et aujourd'hui, j'ai été récompensé de mes deux deuxièmes places (dimanche et lundi)". "C'est la première fois qu'il m'arrive une chose de ce genre, et ça ne fait pas vraiment plaisir, a assuré pour sa part Scarponi. Stefano et son équipe ont parfaitement profité des deux occasions qui leur étaient offerts pour gagner du temps. Et malheureusement pour moi, Garzelli est plus rapide (au sprint)". Comme attendu, la victoire d'étape s'est pour sa part jouée à l'issue d'un sprint massif, lequel a été remporté par Edvald Boasson Hagen (Sky) devant deux Italiens, Alessandro Petacchi (Lampre) et Sacha Modolo (Colnago).

Pour le Norvégien, il s'agit naturellement d'une victoire très encourageante et significative à quelques jours de Milan-Sanremo, samedi. Les principaux prétendants à la victoire lors de la première grande classique de la saison n'ont pas tous été logés à la même enseigne au cours des sept jours de course. Si Tom Boonen et Daniele Bennati ont chacun emporté une étape, si Alessandro Petacchi a souvent été placé, Mark Cavendish, vainqueur à Sanremo l'an passé quelques jours après avoir emporté la dernière étape de Tirreno-Adriatico, a pour sa part été complètement invisible.

0
0