Pour la première fois de sa carrière, Damiano Cunego a levé les bras au terme d'une étape du Tour d'Espagne. Souvent placé cette saison - 3e de la Flèche Wallonne, 5e de l'Amstel et 7e de Liège-Bastogne-Liège notamment - mais rarement vainqueur, l'Italien a signé son plus beau succès en 2009, à l'arrivée de la 8e étape entre Alzira et l'Alto de Aitana. Sur la ligne, le "Petit Prince" de la Lampre a devancé le Français David Moncoutié (Cofidis) et le Néerlandais Robert Gesink (Rabobank).
Au lendemain du chrono de Valence dominé par le Suisse Fabian Cancellara, la Vuelta proposait donc un premier opus montagneux. Au programme de cette 8e étape, sept cols (trois de 2e catégorie et quatre de 3e catégorie) et une arrivée au sommet censés animer une course bien terne depuis son départ aux Pays-Bas. Lors de la première heure de course menée tambour-battant, l'équipe Cofidis est de loin la plus active. Chacun leur tour, Rein Taramaae, Julien El Farès et Mickaël Buffaz essayent de se faufiler dans la bonne échappée. La quatrième tentative, dans laquelle se trouve David Moncoutié, est la bonne. Enfin, presque...
Moncoutié passa si près
Tour d'Espagne
Schleck jette l'éponge
06/09/2009 À 09:45
Aux côtés de Johny Hoogerland (Vacansoleil), Pieter Weening (Rabobank), Paul Voss (Milram), Sébastien Hinault (AG2R-La Mondiale) et William Bonnet (Bbox Bouygues Telecom), le Français compte jusqu'à 15 minutes d'avance à 123km de l'Alto de Aitana. Derrière, Alejandro Valverde demande à son équipe, la Caisse d'Epargne, de rouler. Enfin, de contrôler. Au pied de la montée finale (21km à 5,7% de moyenne et des passages à 9,5%), le retard du peloton n'est plus que de deux minutes et trente secondes. A onze kilomètres de l'arrivée, David Moncoutié et Johnny Hoogerland figurent seuls en tête. Le Néerlandais n'en peut plus et a cessé de prendre des relais. C'est à moins de six kilomètres que le Lotois décide de fausser compagnie au jeune Batave.
Dans le groupe des favoris, on grimpe sans se presser. La sélection se fait par derrière. Le maillot or, Fabian Cancellara, a été lâché dans l'avant-dernière difficulté. Quant à Andy Schleck, le Luxembourgeois a jeté l'éponge au 88e km, victime de maux d'estomac. Sans gloire. Si une explication entre les têtes d'affiche doit avoir lieu, elle interviendra dans les ultimes kilomètres. Maître tacticien (!), Ivan Basso est le premier à accélérer. Aux côtés de Sylvester Szmyd, l'Italien de la Liquigas tente de surprendre le groupe dans lequel figurent notamment Alejandro Valverde, Cadel Evans, Tadej Valjavec, Robert Gesink ou encore Samuel Sanchez. Profitant du travail de son compatriote, Damiano Cunego prend sa chance et contre-attaque à 2km du sommet. Sous la flamme rouge, le vainqueur du Tour d'Italie 2004 ne compte plus que 11 secondes de retard sur David Moncoutié.
Dès la jonction, le Véronais lâche le Français, qui est incapable de suivre, et file vers la victoire. Sur la ligne, Cunego devance "Moncoucou" de 33 secondes et Gesink, parti en contre, de 36. Décevants sur les routes du dernier Giro, Cunego signe un retentissant retour en forme, à trois semaines des Mondiaux de Mendrisio. Quatrième de l'étape, Cadel Evans devance Alejandro Valverde et Samuel Sanchez. Sixième du général dimanche matin, l'Australien endosse le premier maillot or de sa carrière. Quant à David Moncoutié, vainqueur de la 8e étape de la Vuelta 2008 et meilleur grimpeur de la dernière édition, il enfile de nouveau le maillot grenat. Pas sûr que cela le console...
Tour d'Espagne
Le triplé pour Moncoutié
18/09/2010 À 15:59
Tour d'Espagne
Nibali maîtrise Mosquera
18/09/2010 À 15:27