Ce n'était pas Marc Soler mais Marc Solaire mercredi ! Entre les gouttes, le grimpeur espagnol a ensoleillé le gros travail de la formation Movistar en s’imposant en solitaire lors de la deuxième étape entre Pampelune et Lekunberri, disputée dans le Pays Basque (151,6 km). Au terme d’une étape qui a encore causé de gros dégâts, notamment dans l'ascension finale, il devance de quelques secondes Primoz Roglic (Jumbo-Visma) et Dan Martin (Israel Start-Up Nation). Vigilant, le Slovène a tenu et conserve son maillot de leader, alors que Tom Dumoulin a encore cédé.

Tour d'Espagne
"Nous avons copié Ineos, maintenant les gens vont regarder ce que nous faisons"
10/11/2020 À 13:12

Souvent raillée pour ses stratégies hasardeuses et parfois illisibles, la Movistar a ce mercredi réalisé une performance sur tableau noir afin d’aller glaner la victoire. Une première fois en réalisant un coup de bordure à 58 kilomètres de l’arrivée, scindant le peloton en deux groupes, faisant notamment reculer Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et Chris Froome (Ineos Grenadiers). Puis lorsqu’une fois les fuyards du jour (Tim Wellens, Bruno Armirail, Jonathan Hivert, Alex Aranburu et Gonzalo Serrano) repris à 30 kilomètres de l’arrivée, les coéquipiers du meilleur jeune Enric Mas ont vissé.

Dumoulin incapable de suivre les favoris

Dans la dernière ascension, l'Alto de San Miguel de Aralar (1e catégorie, 9.5 km à 7.9%) dont le sommet était situé à 16 kilomètres de l’arrivée, Marc Soler a effectué un énorme travail, décramponnant au passage Alexander Vlasov (Astana) ou David Gaudu (Groupama-FDJ), qui ont finalement limité la casse (1’01 de retard sur Soler à l’arrivée). Mais pas Tom Dumoulin (Jumbo-Visma), incapable de suivre le rythme et finalement pointé à 8’20 du vainqueur, tout comme Guillaume Martin (Cofidis).

Soler, sacrée première en solitaire : le résumé de la 2e étape en vidéo

Après s’être relevé avant le sommet, Soler est revenu dans la descente sur le groupe du maillot rouge Primoz Roglic, avant de surprendre tout le monde en filant vers la victoire en solitaire à Lekunberri. “On connaissait parfaitement le terrain, et surtout la descente. C’est une étape qu’on avait reconnue et repérée. On est récompensés de notre course d’équipe”, s’est félicité le vainqueur à l’arrivée.

Primoz Roglic - Vuelta 2020

Crédit: Getty Images

Quelques secondes derrière, le groupe des favoris a confirmé les impressions de la première journée : Richard Carapaz (Ineos-Grenadiers), encore très offensif, Dan Martin (Israel Start-Up Nation) et les deux Movistar Alejandro Valverde et Enric Mas seront les principaux adversaires de Primoz Roglic, deuxième sur la ligne, lors de cette Vuelta.

Le rayon de Soler

Cette victoire est un soulagement à plus d’un titre pour la formation d’Eusebio Uzué : au départ de cette Vuelta, elle n’avait gagné… qu’une seule course en 2020 (!) contre 21 bouquets en 2019. C’était le 1er février dernier lors de Pollença - Andratx et c’était déjà l’oeuvre de… Marc Soler.

Avec un Valverde muet pour la première fois de sa (longue) carrière à l’aube d’entamer la Vuelta et le départ de Quintana, la formation Movistar ne savait plus gagner collectivement en 2020. Jusqu’à ce mercredi. Avec trois coureurs dans le Top 15 (Mas 5e, Soler 10e et Valverde 11e), leur Tour fétiche pourrait encore leur sourire.

S'abonner

Déjà abonné ?

Se connecter
Cyclisme

La Vuelta 2020 | 2e étape

Pampelune – Lekunberri (151km)

03:20:15

Replay
Tour d'Espagne
"Vu sa préparation il n'était pas possible de faire mieux": l'entraîneur de Gaudu décrypte sa Vuelta
09/11/2020 À 13:30
Tour d'Espagne
Fritsch : "La différence entre le Tour et la Vuelta ? Roglic est tombé sur un phénomène en France"
09/11/2020 À 10:10