AFP

Guardini s'offre le maître !

Guardini s'offre le maître !
Par Eurosport

Le 24/05/2012 à 16:44Mis à jour Le 24/05/2012 à 18:15

Surprise à l'arrivée de la 18e étape du Giro: il y a bien eu un sprint, mais Mark Cavendish s'est incliné face à l'Italien Andrea Guardini (Farnese Vini). L'Espagnol Joaquim Rodriguez (Katusha) a conservé le maillot rose de leader, à trois jours de l'arrivée.

Mauvais perdant, Mark Cavendish ? C'est en tout cas ce qu'a laissé transpirer son geste d'humeur à l'arrivée de la 18e étape soldée, comme prévu, au sprint. Deuxième sur la ligne, le Britannique, qui n'a pu lever les bras une quatrième fois sur cette 95e édition, a été largement devancé par Andrea Guardini. A 22 ans, le jeune Italien en a profité pour décrocher, avec la manière, sa première victoire sur l'épreuve et sa septième en 2012, après son sextuplé sur le Tour du Langkawi.

Quoi qu'en pense le champion du monde, tout bougon qu'il est, il n'y a pas eu photo à Vedelago, terme de ce qui restera l'étape la plus rapide de l'histoire du Tour d'Italie (49,428 km/h de moyenne pour trois petites heures de course). Le sprinter de Farnese-Vini a réussi un dernier déboulé de haut vol. A 200m de l'arrivée, Guardini a giclé pour anticiper le sprint de son adversaire. Et s'est imposé à la pédale. A la régulière. L'Italien Roberto Ferrari a complété le podium, juste devant le Sud-Africain Robert Hunter. Neuvième, Geoffrey Soupe est le premier Français.

Un maillot rouge menacé

Alors pourquoi cette grimace et ce poing vengeur du Britannique ? En tête du classement par points, à trois jours de l'arrivée à Milan, Cavendish, qui était passé en tête du sprint intermédiaire, s'est fixé comme objectif de ramener le maillot rouge en Lombardie. Bloqué à trois succès d'étape, comme en 2009, la fusée de l'Ile de Man reste sous la menace de Joaquim Rodriguez. S'il veut ajouter du rouge au possible rose, "Purito", qui conserve 30 secondes d'avance au général sur Ryder Hesjedal, devra compiler deux tops 5 lors des trois dernières étapes. Loin d'être impossible, mais également loin d'être fait.

Avant ce sprint massif, cette étape de transition avait été marquée par la fuite d'un quatuor, dès le deuxième kilomètre : Manuele Boaro (Saxo Bank), Stef Clement (Rabobank), Pier Paolo De Negri (Farnese Vini-Selle Italia) et Angelo Pagani (Colnago). Leur avance n'a jamais excédé les trois minutes et l'échappée a finalement été reprise à 14km du but. Puis ce sont Mickael Delage (FDJ-BigMat), Stef Clement (encore lui), Martijn Keizer (Vacansoleil) et Olivier Kaisen (Lotto) qui ont tenté leur chance, dans la foulée. Une entreprise vaine une nouvelle fois. Non, c'était écrit que cette 18e étape devait se régler au sprint. En revanche, la défaite de Mark Cavendish, qui a fait rouler le Team Sky toute la journée, ne l'était pas forcément.

0
0