AFP

19e étape : Quintana gagne le contre-la-montre et reste leader, Rolland est 4e

Quintana est bien le patron, Rolland n'est plus sur le podium

Le 30/05/2014 à 17:29Mis à jour Le 30/05/2014 à 18:28

Vainqueur du chrono en côte de Monte Grappa, le Colombien confirme sa supériorité lors des ascensions et conforte son maillot rose. Le Français, 4e du chrono, est 4e au général.

Nairo Quintana est bien au-dessus du lot en haute montagne. Sur les pentes difficiles du Monte Grappa, le Colombien de la Movistar a confirmé l’impression de facilité qui est la sienne dès que la pente s’élève, en s’imposant lors du cronoscalata de ce vendredi. Il a devancé Fabio Aru (Astana) de 17 secondes et Rigoberto Uran (Omega Pharma-Quick Step) de 1’26’’. Les trois hommes occupent désormais le podium puisque l’Italien s’est emparé de la troisième place de Pierre Rolland (Europcar). Le Français, quatrième de l’étape à 1’57’’, est désormais quatrième du général, à 5’26’’ d’un Nairo Quintana qui n’a plus qu’à assurer ce samedi dans le Zoncolan.

On savait que cette étape ferait bien plus de dégâts que les autres en ligne. Parce qu’il était impossible de courir en fonction de ses adversaires. Parce que les coureurs ne pouvaient pas se cacher sur les 19,2km à 8% de moyenne que représentait l’ascension du Monte Grappa. Une montée précédée d’une portion plate, qui n’a pas changé grand-chose au déroulement de l’étape. Juste obligé les coureurs partis avec un vélo de contre-la-montre à en changer au pied la montée. Mais aucun écart créé sur le plat n’a réellement pesé à l’arrivée. Surtout que deux hommes sont vite ressortis du lot.

Rolland peut toujours rêver

Partis respectivement en dernière position et neuf minutes plus tôt (les coureurs partant toutes les trois minutes), Nairo Quintana et Fabio Aru ont très vite montré qu’ils étaient les plus forts. L’Italien de l’équipe Astana a même longtemps semblé être capable de réaliser un meilleur temps que le Colombien. Passé à seulement huit secondes du maillot rose au deuxième intermédiaire, le vainqueur de Montecampione a creusé des écarts abyssaux à son arrivée. Deuxième provisoire, Domenico Pozzovivo pointait alors déjà à 2’, Evans était à 4’09’’. Une mauvaise nouvelle pour le Belge Kenny Dehaes (Lotto-Belisol), certain d’être déclaré hors-délai avant même la fin de l’étape ! Avant le passage de Nairo Quintana (Movistar). Le Colombien, serein et gestionnaire dans la montée, a accéléré suite à l’arrivée de l’Italien, sans doute averti du temps canon réalisé par le leader d’Astana, pour s’emparer du meilleur temps et remporter une deuxième étape sur ce Tour d’Italie.

Tous deux dépassés, respectivement par Aru et Pozzovivo, Rafal Majka et Ryder Hesjedal (victime d’un problème mécanique) sont les deux grands perdants du jour. Vingt-sixième de l’étape à 5’39’’, le Canadien est désormais 9e au général, à plus de sept minutes de la troisième place. Septième du chrono à 3’28’’, le Polonais a lui dit adieu au podium (6e à 6’59’’, à 3’11’ d’Aru). Troisième au général au départ du contre-la-montre, Pierre Rolland a également déçu. Pas tant par sa place (4e) que par son débours de temps sur Fabio Aru (1’40’’). Ejecté des trois premiers du général, le Français d’Europcar devra passer à l’attaque ce samedi dans le Zoncolan. Tant mieux, il adore ça.

0
0