AFP

Giro - 6e étape : Victoire de Michael Matthews, qui conforte son maillot rose

Matthews et Evans sont les chanceux du jour, Rodriguez ne peut pas en dire autant

Le 15/05/2014 à 17:33Mis à jour Le 15/05/2014 à 19:39

Le maillot rose Michael Matthews a remporté au sprint la sixième étape à Montecassino, jeudi. Troisième à l'arrivée, Cadel Evans a fait la belle opération du jour et a distancé tous ses rivaux pour le général après une chute collective majuscule à neuf kilomètres du but. Joaquim Rodriguez est le grand perdant du jour.

C’est le grand bonhomme de cette première semaine du Tour d’Italie et il ne lui manquait qu’une victoire d’étape. Maillot rose depuis la deuxième étape, Michael Matthews (Orica GreenEdge) a profité d’une grosse chute à dix kilomètre de l’arrivée pour s’imposer au sprint à Montecassino dans un groupe de quatre coureurs. L’Australien, vainqueur de sa troisième étape sur un Grand Tour (il en avait gagné deux sur la dernière Vuelta), a devancé Tim Wellens (Lotto-Belisol) et conforté du même coup son maillot de leader du général. Son compatriote Cadel Evans (BMC), troisième, est l’autre grand vainqueur du jour. Le vainqueur du Tour de France 2011 a repris du temps à tous les autres favoris pour le classement général (+0'53'') et plus encore à Scarponi (+1’37’’) et à Joaquim Rodriguez, très attardé par une chute (+7’43") et parti dès son passage sur la ligne vers l’hôpital.

En deux étapes, Michael Matthews (Orica-GreenEdge) a prouvé à ceux qui en doutaient encore qu’il était plus qu’un simple sprinteur. Mercredi, dans la montée finale vers Viggiano, l’Australien avait défendu son maillot rose de leader avec une force et une solidité impressionnante. Un sentiment que le coureur d’Orica-GreenEdge a confirmé ce jeudi à Montecassino. Lucide, Matthews a parfaitement géré sa dernière ascension, disputée pourtant dans des conditions compliquées. D’une part, car l’étape longue de 257km a été perturbée une nouvelle fois par la pluie et le vent, constamment présent depuis le départ. Mais également car, comme mercredi, une chute collective a fortement réduit le groupe de tête. Mais cette fois, elle a vraiment fait des dégâts.

Joaquim Rodriguez a dit adieu au Giro 2014

Si vers Viggiano, les chutes n’avaient pas vraiment eu d’incidence sur le classement général (Pozzovivo étant rentré sur le groupe principal), il n’en a pas été de même ce jeudi. Groupé à cet instant, le peloton a explosé sur deux glissades successives. C’est d’abord Pierre Rolland (Europcar) qui va au sol avec un équipier et Brajkovic (Astana). Un petit incident qui va entraîner une chute de bien plus grande importance. Sans doute alertés du problème rencontré par les trois coureurs, les coureurs ont freiné, une bien mauvaise idée sur une chaussée détrempée par la pluie, causant la chute d’une cinquantaine de coureurs.

Parmi eux, on retrouve essentiellement des Katusha, des Astana et des Saxo-Tinkoff. Et pas des moindres. Seulement gêné par la chute, Michele Scarponi n’a perdu que 1’37’’. Un débours que doivent certainement lui envier Joaquim Rodriguez (+7’43’’), Nicolas Roche (+15’00’’), Julian Arredondo (+ 18'00'') et encore plus le coéquipier de Purito, Giampaolo Caruso, visiblement touché aux vertèbres et contraint à l’abandon dans des images qui rappelait douloureusement l’accident de Weylandt il y a trois ans. L’Italien a été rejoint à l’hôpital par son leader, tombé lui aussi et touché à la main, au poignet, à la clavicule et souffrirait, selon RCS, d'une fracture de la côté. Il lui sera difficile, dans ses conditions, de repartir demain matin.

Loin de toutes ses chutes, Michael Matthews (Orica GreenEdge), bien aidé par ses équipiers Santaromita et Durbridge, a su résister au train appuyé des BMC de Cadel Evans jusqu’au dernier kilomètre où son compatriote australien a tenté lui-même de faire la différence sans succès. Car, ce jeudi, le sprinteur était vraiment le plus fort. Malgré ce succès, Michael Matthews devrait perdre son maillot rose dès samedi. Mais il lui reste deux jours pour parader avec. Et il a montré qu’il en était digne.

0
0