100% de réussite pour la Norvège sur ce Tour de France 2008. Deux coureurs engagés et deux victoires d'étape ! Après Thor Hushovd (Crédit Agricole), vainqueur à Saint-Brieuc lors de la 2e étape, Kurt-Asle Arvesen a rappelé que les viking étaient certes peu nombreux, mais diablement efficaces. A 33 ans, cet équipier modèle au sein de la CSC décroche son plus beau succès. Plus beau encore que celle qui lui a permis cette année de devenir champion de Norvège. C'est avec ce maillot distinctif qu'Arvesen a réglé d'un souffle un sprint au couteau qui l'opposait à Martin Elmiger (AG2R La Mondiale) et Alessandra Ballan (Lampre). Grand favori de ce trio, l'Italien n'a jamais pu donner le coup de rein décisif. A deux secondes, le Néerlandais Koes Moerenhout (Rabobank) forme la dernière roue d'un quatuor qui est parvenu à distancer des compagnons d'échappée qui roulaient ensemble depuis le 35e kilomètre de cette 11e étape.
Moinard l'audacieux
Fédrigo (Bouygues Telecom), Pozzato (Liquigas), Wegmann (Gerolsteiner), Botcharov (Crédit Agricole), Fofonov (Crédit Agricole), Vélo (Milram) et Vaugrenard (Française des jeux) sont les grands perdants du jour. Incapables de revenir sur les 4 premiers à l'amorce des deux derniers kilomètres, ni même de réagir, ils doivent se contenter des accessits d'honneur. Amaël Moinard (Cofidis) aura certainement moins de regret. Au moins le Français aura-t-il tenté sa chance. Ce néophyte a attaqué dans le col de Portel, classé en première catégorie. Il a creusé l'écart sur ses compagnons pour basculer au sommet, distant de 57,5 kilomètres de l'arrivée, avec 1 min 50 sec d'avance. C'est ce moment que choisit Oscar Pereiro, le vainqueur du Tour 2006, pour tenter un coup de poker. L'Espagnol, qui veut dynamiter le peloton, se heurte à un mur d'indifférence. Personne ne bouge, si ce n'est les CSC qui vont rouler sur lui et finalement le reprendre dans les derniers kilomètres. Un coup pour rien...
Tour de France
Duenas positif
16/07/2008 À 17:10
Réglé par l'autre Norvégien, Thor Hushovd, le peloton arrivait un quart d'heure après Arvesen. Un peloton plus léger de trois Barloworld... la formation britannique a connu une journée noire car, après l'exclusion de Moises Duenas, qui a fait l'objet d'un contrôle antidopage positif dans la 4e étape (contre-la-montre de Cholet), ce sont Cardenas et Longo Borghini qui ont dû quitter la course, blessés. Destin croisé avec celui de la CSC, victorieuse grâce à un "second couteau" quand on attendait plutôt une victoire d'un Cancellara ou de l'un des frères Schleck. "J'avais de bonnes jambes", se contente de déclarer modestement le vainqueur du jour. "On ne sait jamais si on peut aller au bout quand on s'embarque dans de telles échappées. C'est la plus belle victoire de ma carrière. Maintenant, je vais pouvoir me concentrer sur le travail pour mon équipe et surtout pour Franck Schleck et Carlos Sastre". Chassez le naturel...
Tour de France
Fédrigo: "Solidarité"
16/07/2008 À 17:00
Tour de France
Etape 11: Le finish
16/07/2008 À 15:17