AFP

Farrar sans l'ombre d'un doute

Farrar sans l'ombre d'un doute
Par Eurosport

Le 03/07/2011 à 19:47Mis à jour Le 04/07/2011 à 20:19

Le jour de la fête nationale américaine, Tyler Farrar s'est imposé à Redon, devant le Français Romain Feillu, lundi. Le sprinteur de Garmin-Cervelo, qui a rendu hommage à son ami Wouter Weylandt, s'est offert la première victoire de sa carrière sur le Tour. Thor Hushovd a conservé le maillot jaune.

Le scénario était écrit. Au lendemain du contre-la-montre par équipes autour des Essarts, cette 3e étape devait se solder par un sprint massif. Sans surprise, il a eu lieu comme prévu. Et à ce jeu-là, c'est Tyler Farrar qui s'est montré le plus rapide. A Redon, l'Américain de 27 ans a devancé le Français Romain Feillu et le nouveau maillot vert, l'Espagnol José Joaquin Rojas. Sans oublier de rendre hommage à son ami Wouter Weylandt, décédé lors du dernier Tour d'Italie.

Idéalement lancé par trois de ses coéquipiers, dont le maillot jaune Thor Hushovd, Farrar s'est offert une première victoire sur la Grande Boucle, la deuxième en deux jours pour l'équipe Garmin-Cervelo. Héros de l'Independence Day, jour de la fête nationale américaine, l'Américain peut désormais se vanter d'avoir gagné au moins une fois dans les trois grands Tours. Au moment de franchir la ligne, Farrar a dessiné avec ses doigts la lettre W, en hommage à Wouter Weylandt. Lors du dernier Tour d'Italie, très affecté par la disparition de son ami, le sprinteur avait décidé de se retirer de l'épreuve. C'est donc très ému qu'il est venu chercher son bouquet sur le podium.

Cavendish et Hushovd punis

Eurosport

Comme samedi, lors du lancement de ce 98e Tour, une échappée est née dès le kilomètre 0. Les Français Mickaël Delage, désigné comme le coureur le plus combatif de l'étape, et Maxime Bouet, les Espagnols Ivan Gutierrez et Ruben Perez Moreno et le Néerlandais Niki Terpstra, ont compté jusqu'à huit minutes d'avance, avant d'être repris à neuf kilomètres de Redon. Si tous les favoris ont été classés dans le même temps à l'arrivée, l'un d'entre eux est passé tout près de la correctionnelle. Piégé sous l'effet du vent de côté comme bon nombre de ses coéquipiers de la Liquigas au passage du Pont de Saint-Nazaire, Ivan Basso a été, un temps, distancé, mais a finalement retrouvé sa place dans le paquet. Mardi, c'est Mûr-de-Bretagne qui se présente. Vainqueur samedi au mont des Alouettes, Philippe Gilbert, qui fêtera ses 29 ans, a probablement une idée en tête.

0
0