AFP

Pour Bardet, le Tour commence maintenant

Pour Bardet, le Tour commence maintenant

Le 14/07/2019 à 13:10Mis à jour Le 14/07/2019 à 13:18

TOUR DE FRANCE - Distancé au général, mentalement atteint par sa déconvenue à la Planche des Belles Filles, Romain Bardet vit un début de Tour décevant. Mais le Français, qui arrive chez lui dimanche, a promis de réagir. Reste à savoir si son physique lui permettra de le faire. Samedi, il a montré des signes encourageants.

Honte. Echec. Pas au niveau. Spectateur. Il y a encore quelques heures, Romain Bardet était un coureur abattu. Une âme en peine. Mais après la pluie, le soleil ? Son début de Tour de France est en tout cas loin de correspondre à celui que le coureur de Brioude avait imaginé il y a une semaine au départ de Bruxelles. "C'est le sentiment d'un athlète déçu, estime son manager, Vincent Lavenu. Il a perdu beaucoup d'illusions. Mais le sport de haut niveau n'est pas linéaire. On n'a pas travaillé autant, et lui aussi, pour baisser les bras au premier contretemps." Une réaction est donc attendue rapidement. Samedi, il a tenu le coup et a fini avec le groupe des favoris.

Après avoir concédé près d'une minute sur les 800 derniers mètres de l'arrivée à la Planche des Belles Filles, Bardet a vu ses rêves de podium prendre du plomb dans l'aile jeudi dernier. Seulement 23e du classement général à plus de deux minutes du trio Thomas-Bernal-Pinot, le Français a pris un sacré coup au moral et espère rapidement remonter la pente. Au sens propre comme au figuré. Quelle tactique doit-il maintenant adopter ? Doit-il abandonner le général pour viser des victoires d'étapes ou le maillot à pois ? Seul problème, et il est de taille : le principal intéressé est aujourd'hui trop proche au général pour bénéficier de bons de sortie. A l'heure actuelle.

Romain Bardet

Romain BardetGetty Images

" Je suis venu pour beaucoup plus que ça sur le Tour"

"Je suis revanchard car je suis très mécontent de ma prestation, jugeait Bardet vendredi. Je ne suis pas venu sur le Tour pour montrer ce visage-là. Je suis déterminé à changer ça, à aller de l'avant. J'ai essuyé un revers (à la Planche des Belles Filles), j'en prends la responsabilité. Je suis venu pour beaucoup plus que ça sur le Tour de France." Gêné dans sa préparation du Tour par une bronchite contractée sur le Dauphiné, victime d'une chute en Catalogne en mars puis auteur d'une campagne ardennaise en deçà (9e de l'Amstel Gold Race, 13e de la Flèche Wallonne, 21e de Liège-Bastogne-Liège), Bardet a vécu un début de saison alarmant.

Dimanche, la 9e étape part de Saint-Etienne pour rallier Brioude, où a grandi Bardet. L'heure n'est plus à se poser des questions ou à se lamenter. "Ça va me donner une grande bouffée d'oxygène d'arriver sur mes terres, estime Bardet. Ça va me redonner le moral pour les deux dernières semaines du Tour." Chez les terre et ciel, on garde espoir et on continue de croire en celui qui compte deux podiums sur l'épreuve (2e en 2016, 3e en 2017) : "On ne va pas tirer de conclusions hâtives, tempère Lavenu. On lui fait confiance. On l'a rassuré, on va repartir sur quelque chose de positif."

Vidéo - Bardet : "Quand ça va mal, il faut se mettre un coup de pied aux fesses"

00:41
0
0