Eurosport

Super combatif du Tour, Alaphilippe sera bien sur le podium des Champs-Elysées

Super combatif du Tour, Alaphilippe sera bien sur le podium des Champs-Elysées
Par Eurosport

Le 28/07/2019 à 19:11Mis à jour Le 28/07/2019 à 20:48

TOUR DE FRANCE - Le Français Julian Alaphilippe a été élu super combatif de cette Grande Boucle 2019 par un jury composé d'anciens coureurs, de journalistes et du public. Le numéro un mondial, 14 jours en jaune durant le Tour, sera donc bien présent sur le podium des Champs-Elysées.

Julian Alaphilippe a été désigné à l'unanimité, dimanche, coureur le plus combatif du Tour de France 2019 par le jury présidé par le directeur de course Thierry Gouvenou. Le Français, vainqueur de deux étapes et maillot jaune pendant 14 jours, succède au palmarès à l'Irlandais Dan Martin.

Dans l'histoire du Tour, la combativité a commencé à être récompensée en 1952. Le premier "super-combatif" a été désigné en 1956 (André Darrigade). Le public qui a donné son avis, via Twitter, pour ce trophée, a également très largement opté pour Alaphilippe. Sur Twitter, les votes ont été ouverts de 19h00 samedi à 12h00 ce dimanche, sur les comptes du Tour de France et du Prix Antargaz de la Combativité.

Une sélection de 7 coureurs, établie par le jury, était proposée aux internautes. Ces derniers se sont fortement mobilisés pour pousser leurs favoris et ont plébiscité le leader de Deceuninck Quick Step, avec 8 054 retweets. Alaphilippe devance Thomas De Gendt (1953 RT). Grâce à cette récompense le numéro un mondial aura les honneurs d'un podium sur les Champs-Elysées ce dimanche à l'arrivée de la 21e et dernière étape de cette Grande Boucle.

A noter que lorsqu'il a voulu voter pour le super combatif du Tour de France - le choix se faisant sur Twitter -, Geraint Thomas a fait une petite erreur. Il a d'abord soutenu publiquement Simon Yates, souvent à l'attaque sur le Tour... sans savoir que Julian Alaphilippe figurait aussi dans les nominés pour ce trophée remis lors de la dernière étape. Il s'y est donc repris à deux fois en s'excusant : "Il n'y a pas de débat", a écrit le Gallois en réitérant son coup de "chapeau" à l'attention du Français.

0
0