AFP

Tour de Lombardie : Dan Martin (Garmin) s'impose devant Alejandro Valverde (Movistar)

Martin a eu raison des cadors

Le 05/10/2014 à 17:04Mis à jour Le 05/10/2014 à 18:35

Dan Martin (Garmin) a remporté le Tour de Lombardie dimanche en devançant Alejandro Valverde (Movistar), dimanche. L'Irlandais décroche sa deuxième grande classique après Liège-Bastogne-Liège en 2013. Alejandro Valverde (Movistar), habitué aux places d'honneur ces derniers temps, se classe deuxième.

Une fois de plus, Alejandro Valverde (Movistar) peut s’en mordre les doigts. Piégé par l'attaque de Dan Martin (Garmin) dans le dernier kilomètre, l’Espagnol s’est contenté de la deuxième place ce dimanche sur le Tour de Lombardie, laissant la victoire à l’Irlandais. Ce dernier s’offre ainsi à 28 ans une deuxième grande classique à son palmarès après avoir déjà remporté à la surprise générale Liège-Bastogne-Liège l’an passé. Le Portugais Rui Costa (Lampre) a pris la troisième place. Double tenant du titre, Joaquim Rodriguez (Katusha) s'est classé 8e.

Jusqu’à la flamme rouge, tout allait pourtant à merveille pour Valverde, grand favori de cette classique des feuilles mortes qui retrouvait pour cadre d’arrivée Bergame, comme c’était déjà le cas entre 1995 et 2003. Modifié cette année, le parcours de 260 kilomètres rendait presque symbolique l’ascension mythique de Madonna del Ghisallo, placée dans le premier quart de course, mais présentait l’avantage d’un final corsé sans vrai période de répit.

Alejandro Valverde (Movistar) 2014

Alejandro Valverde (Movistar) 2014Panoramic

Les audacieux ont bien eu leur chance mais les cadors ont préféré rester au chaud le plus longtemps possible dans le peloton, malgré un soleil clément sur les rives du lac de Côme. Plus que l’échappée matinale de onze coureurs dont a fait partie Jérémy Roy (FDJ.fr), c’est un groupe parti à 45 kilomètres du but qui est venu troubler la quiétude d’un peloton qui avait auparavant escamoté le Passo di Ganda, ascension la plus dure du parcours intervenant à 60 kilomètres du but. D’abord accompagnés de Mikael Cherel (AG2R) et de Bauke Mollema (Belkin), Ben Hermans (BMC) et Peter Weening (Orica) se sont ensuite isolés pour prendre une minute d’avance. Peine perdue. 

Valverde ne peut s'en prendre qu'à lui-même...

Malgré la désorganisation apparente du peloton réduit, celui-ci revenait sur le duo de tête au pied d’un dernier petit "raidard", à cinq kilomètres du but. Comme pour les Mondiaux dimanche dernier, le Tour de Lombardie s’est résumé à une course d’attente, mais cette fois Michal Kwiatkowski (OPQS) n’en a pas tiré profit. Le tout frais champion du monde s’est relevé de façon soudaine à dix kilomètres du but, souffrant apparemment de la cuisse.

Après des attaques des Belges Tim Wellens (Lotto-Belisol) et Philippe Gilbert (BMC), le groupe des favoris s’est ainsi réduit à une dizaine d’unités avant de se disputer un sprint qui n’a finalement eu lieu que pour la seconde place. La faute à Valverde. Alors en tête du groupe, il n'a pas voulu réagir à l'attaque de Martin qui, malicieux, savait n'avoir aucune chance au sprint. L’Espagnol de 34 ans ne peut cette fois pas évoquer une quelconque malédiction pour expliquer cette nouvelle place d’honneur cette année après sa troisième place aux Mondiaux de Ponferrada et la deuxième sur Liège-Bastogne-Liège. Au moins peut-il se consoler avec la place de numéro un mondial qu’il ravit à Alberto Contador (Tinkoff-Saxo), fantomatique ce dimanche et pris dans une chute près de l'arrivée. Valverde n'a ainsi pas tout perdu sur les routes lombardes.

0
0