Getty Images

Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) s'impose en solitaire, Julian Alaphilippe (Quick-Step) 2e

Nibali a mis tout le monde d'accord

Le 07/10/2017 à 16:44Mis à jour Le 07/10/2017 à 18:44

TOUR DE LOMBARDIE - Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) a remporté le Tour de Lombardie en solitaire, samedi. Nibali avait déjà remporté l'épreuve en 2015. Il devance le Français Julian Alaphilippe (Quick-Step). Thibaut Pinot (FDJ) était dans le coup pour la gagne avant de tout perdre distancé dans la descente du Civiglio par Nibali. Il finit 5e derrière un autre Tricolore, Alexis Vuillermoz.

Et bis repetita ! Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) a remporté son deuxième Tour de Lombardie en appliquant la même recette qu'en 2015. Ce samedi, l'Italien a fait la différence dans la descente du Civiglio, à une quinzaine de kilomètre de l'arrivée, pour distancer Thibaut Pinot (finalement 5e) et lever les bras en solitaire à Côme. Relégué à 31'', Julian Alaphilippe (Quick-Step Floors) prend la 2e place juste devant un petit groupé réglé par l'Italien Gianni Moscon (Sky). Alexis Vuillermoz (AG2R-La Mondiale) est lui 4e.

Cela aurait pu être la journée des Français. Fanny depuis la victoire de Laurent Jalabert en 1997, les Bleus ont été les grands animateurs de la classique des feuilles mortes. Mais ils n'ont pu être couronnés de succès. On compte tout de même trois Tricolores dans le top 5, ce qui n'a pas dû arriver bien souvent dans un Monument ces derniers temps. Pour autant, peuvent-ils vraiment nourrir des regrets vu la supériorité affichée par Nibali ?

Nibali a lâché Pinot dans la descente

Troisième de la Vuelta, en forme sur les semi-classiques italienne de la semaine (2e du Tour d'Emilie, 3e des Trois Vallés Varésines), le Sicilien, 32 ans, a parfaitement assumé son statut de grand favori. Nibali a d'abord été le seul à pouvoir faire jeu égal avec Thibaut Pinot dans l'ascension de Civiglio (4,2km à 9,7%). Intenable, le Français a attaqué à trois reprises pour distancer les favoris, qui s'étaient jusque-là économisés. Mais juste avant le sommet, à 17 kilomètres du but, Nibali a fait le "jump" pour opérer la jonction avec le Franc-Comtois. Le duo a alors plongé dans la descente. Et sans réelle surprise, Pinot n'a pas pu tenir le rythme de son rival, bien meilleur dans l'exercice que lui. Nibali s'est ainsi envolé à 15 kilomètres de l'arrivée, dans cette descente du Civiglio, comme en 2015, où il avait obtenu sa toute première victoire dans une grande classique.

Après avoir vu la victoire lui échapper, Pinot n'a pas su conserver la 2e place qui semblait s'offrir à lui et aurait constitué son deuxième podium sur la course lombarde (3e en 2015). Rejoint par un petit groupe au sommet de San Fermo della Battaglia, à cinq kilomètres de l'arrivée, le récent vainqueur du Tour de l'Ain s'est contenté de la 5e place à l'issue d'un sprint en petit comité où la 3e place était en jeu. Car la deuxième venait d'être prise par Julian Alaphilippe, sorti à quatre kilomètres de l'arrivée. Deux semaines après avoir éte repris sous la flamme rouge aux Mondiaux de Bergen, le puncheur de 25 ans a signé ainsi son 3e podium sur un Monument après sa 2e place sur Liège-Bastogne-Liège 2015 et sa 3e sur Milan-San Remo au printemps dernier.

L'audace de Chérel et Le Turnier, la frayeur pour De Plus

Composée de six coureurs, l'échappée matinale n'a jamais pu vraiment espérer aller au bout, une constante dans l'histoire du Tour de Lombardie. Mais elle a eu le mérite de mettre en lumière un jeune Français. Mathias Le Turnier (Cofidis), 22 ans, a été le dernier à résister aux hommes du peloton. Le néo-pro s'est fait rejoindre au sommet de la Madonna del Ghisallo par Mikael Chérel (AG2R La Mondiale) et Laurens de Plus (Quick-Step Floors), à une soixantaine de kilomètres de l'arrivée.

Son numéro a pris fin dans le Mur de Sormano, une monstruosité de 2 kilomètres à 16% qui constituait la principale difficulté du jour. Chérel en a profité pour filer seul en tête, avec encore une cinquantaine de kilomètres à parcourir. La descente a été le théâtre d'une chute de Laurens De Plus. Effroyable mais sans gravité aux premières nouvelles. Premier homme en chasse derrière le Français, qui sera revu par le peloton dans la montée de Civiglio, le Belge a été piégé par un virage qui se refermait. Passé par-dessus par la balustrade, sa chute en contrebas laissait craindre le pire. Mais après de longues minutes d'attente, son équipe s'est montrée rassurante, le coureur ne souffrant au premier abord d'aucune "blessure sérieuse". Un épilogue heureux qui permet au triomphe de Nibali de ne pas être éclipsé.

0
0