Entre le Nid d'Oiseau et le Cube d'eau, le stade et la piscine entrés dans l'histoire des JO 2008, l'Allemand Tony Martin (HTC) a endossé mercredi le premier maillot rouge de leader du Tour de Pékin, un contre-la-montre de 11,3 kilomètres qui ouvrait cette nouvelle épreuve.
Sans surprise, le champion du monde du contre-la-montre a dominé la course dans les artères du Parc olympique, bloquées pour l'occasion par les forces de l'ordre. Pour cette "première", le public, apparemment curieux du spectacle inédit, a été maintenu à distance. En revanche, l'organisation, impeccable, s'est avérée une réplique exacte de celle des grandes épreuves. Jusqu'au vainqueur, le même que dans les "chronos" de Paris-Nice, du Tour de France ou de la Vuelta. Martin, qui a développé sa puissance terminale face au vent, a laissé son suivant, l'Ecossais David Millar, à 17 secondes. Autre spécialiste, le Néerlandais Lars Boom (6e) a été devancé par le trio britannique de l'équipe Sky, Alex Dowsett, Chris Froome et Stephen Cummings, tous à distance du lauréat du jour.
Pollution et écologie
Tour de Pékin
Martin, première réussie
09/10/2011 À 12:41
Après la cérémonie protocolaire précédée d'un spectacle chorégraphique chinois, Martin s'est déclaré "satisfait" de sa performance. "C'est la première fois que je viens en Chine, donc c'est un bon début", a poursuivi l'Allemand de 26 ans, en position idéale pour remporter dimanche prochain cette course qui ne comporte pas de bonifications en temps. "J'espère garder le maillot. Demain (jeudi), c'est pour les sprinteurs", a-t-il ajouté, au vu du livre de route qui annonce une étape de 137 kilomètres, entre le stade olympique du Nid d'Oiseau et Mentougou.
L'arrivée est jugée au bout d'une longue et large ligne droite dans cette localité située à l'ouest de Pékin qui abrite un temple datant de 1700 ans et veut devenir une zone écologique exemplaire, selon les promoteurs chinois de l'épreuve. Le premier coureur chinois (Ma Haijun), représentant de la sélection nationale formée pour l'occasion, s'est classé 105e, à un peu plus d'une minute et demie de Martin. Il a fait mieux que quelques sprinteurs favoris pour les arrivées des prochaines étapes (J. J. Haedo, Galimzyanov, Bos, Chicchi, Hunt) ou l'espoir américain du "chrono", Andrew Talansky, lequel se plaignait de la pollution ces jours derniers. Ou encore du champion olympique de la course en ligne, l'Espagnol Samuel Sanchez, relégué dans les profondeurs du classement (133e).