AFP

Albasini offre à la Suisse sa première victoire en Romandie depuis dix ans

Albasini offre à la Suisse sa première victoire en Romandie depuis dix ans
Par AFP

Le 30/04/2014 à 21:02Mis à jour Le 30/04/2014 à 21:04

Le Suisse Michael Albasini (Orica GreenEdge) a empoché au sprint mercredi la première étape du Tour de Romandie, réduite à 88 km entre Brigerbad et Sion, au terme de laquelle le Polonais Michal Kwiatkowski (Omega Pharma) a conservé le maillot de leader.

Au terme de 2 h 11 min 11 sec de course, Michael Albasini (Orica GreenEdge) s'est imposé au sprint devant l'Espagnol Jesus Herrada et le Lituanien Ramunas Navardauskas pour signer le premier succès helvétique sur ce Tour depuis dix ans. Thomas Voeckler a bien tenté sa chance en lançant une attaque dans les 500 derniers mètres mais le Français n'a pas eu les jambes pour la mener jusqu'au bout. Dans les derniers hectomètres, Albasini a surgi comme une flèche pour le déborder.

"L'objectif était de gagner une étape, j'ai déjà réussi. Mais il ne faut jamais s'en satisfaire, il faut toujours vouloir gagner", a souligné Michael Albasini sur la chaîne de la télévision suisse RTS. Le Suisse pourrait très bien remettre le couvert dès jeudi dans la deuxième étape, qui va se régler également au sprint après 166 km d'un parcours sans difficulté entre Sion et Montreux. Mais il sait qu'il doit ce succès en partie aux caprices du ciel. Car la neige tombée sur le col du Simplon a totalement changé la physionomie de cette première étape, qui a été amputée de plus de moitié par rapport au programme initial pour éviter l'ascension du Simplon.

Silvan Dillier (BMC), Boris Vallee (LTB) et Reto Hollenstein (IAM)

Silvan Dillier (BMC), Boris Vallee (LTB) et Reto Hollenstein (IAM)Panoramic

Albasini en a profité pour remonter à la deuxième place du classement général, à 5 secondes de Kwiatkowski. Le Britannique Chris Froome, vainqueur du Tour de Romandie et du Tour de France 2013, pointe au 10e rang, à 14 secondes. Mais c'est l'Italien Vincenzo Nibali qui a su se mettre en évidence. Après la montée sur Lens, la seule difficulté de la journée, qui a vu le Suisse Johann Tschopp, à la bagarre avec le Français Thibault Pinot, passer en tête, le vainqueur du Giro est parvenu à s'extirper du peloton dans la descente. Sa chevauchée a duré une quinzaine de kilomètres jusqu'à l'entrée de Sion.

0
0