Le Mag

Sylvain Loosli, le Frenchie as du poker à Las Vegas

Sylvain Loosli, le Frenchie as du poker à Las Vegas
Par Le Mag

Le 04/11/2013 à 17:00Mis à jour

Par Amandine Reymond à Las Vegas

Encore inconnu il y a quelques mois, Sylvain Loosli est pourtant loin d’être un novice. Plus connu sous le pseudo de Patrick8313, il est même l’un des meilleurs joueurs du monde sur internet depuis plusieurs années.

J’ai commencé le poker début 2006 quand j’étais encore étudiant en école de commerce en région parisienne, nous raconte-t-il. Un de mes amis avait créé un club de poker et organisait régulièrement des tournois dans l’école. Je me suis vite pris au jeu. J’ai acheté des bouquins pour m’améliorer et j’ai commencé à jouer de plus en plus régulièrement sur internet. J’ai progressé petit à petit en discutant avec d’autres joueurs, en regardant des vidéos et au bout de trois ans j’ai commencé à gagner des sommes importantes de manière très régulière. Au début c’était environ 4000$ par mois puis c’est passé à 10 000$, 15 000$… Donc à la fin de mes études, j’ai pesé le pour et le contre et j’ai décidé de devenir professionnel.”

Installé derrière son ordinateur pendant des journées entières, Sylvain, qui a élu domicile à Londres où les gains en poker ne sont pas imposés et où il vit en colocation avec d’autres joueurs de poker, a longtemps préféré le poker en ligne plutôt que les tournois classiques. “Tu peux jouer n’importe où dès que tu as un peu de temps. Je jouais plutôt en cash-game ce qui me permettait de commencer et arrêter quand je voulais, ça offre une grande liberté. J’ai beaucoup voyagé : Asie, Australie… J’avais juste besoin d’une connexion internet et de mon ordinateur portable pour travailler… J’adore cette liberté”.

Pour passer un palier et trouver une dimension plus sociale au jeu, Sylvain Loosli a pourtant décidé de tenter sa chance en tournoi live cet été en participant au Main Event des WSOP qui a eu lieu en juillet à Las Vegas. “Je sortais d’une bonne saison donc j’ai décidé de me faire plaisir en m’offrant le ticket d’entrée (10 000$)”. 6 352 joueurs inscrits, sept jours de tournoi… Pas de quoi déstabiliser Sylvain qui a parfaitement géré sa semaine pour se qualifier, à la surprise générale, pour la table finale des championnats du monde en compagnie de huit autres concurrents. Une performance de haut-niveau qui a permis à ce Toulonnais d’entrer dans le cercle très fermé des Français qualifiés pour une table finale des WSOP après Antoine Saout en 2009 et Marc Brochard en 1998. Pour mettre toutes les chances de son côté avant cet événement, Sylvain Loosli a rejoint le Team Winamax à la fin de l’été.

” Si je gagne mon nom sera gravé dans l’histoire du poker “

Depuis deux mois il s’astreint à une préparation intensive à base de poker bien sûr mais aussi d’exercice physique et de préparation mentale. “C’est complètement différent de jouer des tournois live, il faut observer très attentivement ses adversaires, essayer de trouver leur faille, de deviner quand ils bluffent… Mais il faut aussi faire très attention à sa ” poker face ” pour ne pas se trahir. En jouant sur internet on peut prendre de mauvaises habitudes au niveau du comportement.” Coaché par Ludovic Lacay et Davidi Kitai, deux autres membres du Team Winamax, Sylvain Loosli a beaucoup travaillé sur son attitude en jeu ces deux derniers mois pour être fin prêt pour le plus grand rendez-vous de sa carrière. Avec eux, il a aussi passé des heures à regarder des vidéos de ses adversaires pour tenter d’y déceler un tremblement, un battement anormal au niveau de la carotide, des tics d’expression… Tous les petits détails qui pourraient lui permettre d’identifier un bluff lorsqu’il se retrouvera en face d’eux lundi à partir de 17h heure locale (2h du matin mardi heure française). “Il y en a certains avec qui j’ai déjà joué, pour les autres on a regroupé plusieurs vidéos pour les étudier et établir le profil de chacun. ” Pour se préparer aux longues heures de jeu, Sylvain s’astreint à un entraînement physique régulier. ” Un jour sur deux, je fais de la natation, un peu de musculation ou du tennis. Ça m’aide à rester détendu pendant les tournois, c’est important pour rester concentré”. Sylvain Loosli bénéficie aussi des conseils de Pier Gauthier, un préparateur mental qui a aussi coaché Sébastien Grosjean et Gaël Monfils. “On travaille énormément sur le détachement pour arriver à accepter que la chance ne soit pas toujours de notre côté, pour ne pas douter quand on perd même quand on a pris de bonnes décisions. On discute beaucoup, il m’aide à gérer la pression, à prendre du recul en restant concentré sur l’objectif”.

Plus impatient que stressé, Sylvain n’a qu’une envie : que le tournoi commence. “C’est le plus gros objectif de ma carrière. Si je gagne mon nom sera gravé dans l’histoire du poker, c’est génial d’avoir cette chance aussi jeune”.

0
0