La Fédération équestre internationale (FEI) a suspendu la Fédération nationale des Émirats Arabes Unis (EAU), comme elle l’a annoncé aujourd’hui dans un communiqué. Cette mesure est intervenue après “une enquête détaillée sur les circonstances entourant deux événements nationaux d’endurance en janvier et février 2020 – la Sheikh Mohammed Cup et la President’s Cup – qui auraient dû être organisées en tant qu’épreuves internationales d’endurance car le nombre d’athlètes étrangers dépassait de loin le quota autorisé pour les épreuves nationales.”
Les Émiratis ont largement enfreint en début d’année les règles édictées, et ce, à deux reprises. En effet, le règlement général de la FEI stipule que “les épreuves nationales doivent être limitées à quatre fédérations nationales et/ou moins de quinze athlètes étrangers en plus des «athlètes vivant hors de leur pays de nationalité»” Or, Bird & Bird LLP a révélé que “quatre-vingt-treize athlètes étrangers de vingt-quatre fédérations différentes ont participé à la Sheikh Mohammed Cup 2020 et un total de quatre-vingt-huit athlètes étrangers de vingt-et-un fédérations nationales différentes ont participé à la President’s Cup 2020.”
Face à de telles violations, le conseil d’administration de la FEI s’est réuni par visioconférence le 16 septembre dernier. “Le Conseil a conclu que la fédération des Émirats arabes unis avait enfreint les règles de la FEI. Dans le cas de la Sheikh Mohammed Cup, les violations ont été jugées intentionnelles, et dans le cas de la Président’s Cup, ces violations ont été considérées au moins comme de la négligence. Le Conseil a également conclu que la raison du reclassement des épreuves en événement national était d’éviter l’application des nouvelles règles d’endurance de la FEI qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier 2020.”
Tokyo 2020
Carlile forfait pour le concours complet, Laghouag le remplace
HIER À 08:03
À la suite de ces violations et à compter du 24 septembre 2020, l’instance dirigeante a décidé d’“une suspension totale de la Fédération nationale des EAU (toutes les activités dans toutes les disciplines FEI) jusqu’au 31 décembre 2020.” De plus, “une suspension des activités de la Fédération nationale émiratie en relation avec la discipline de l’Endurance jusqu’au 31 mars 2021” a été décrétée. “La suspension affecte également tous les événements (y compris les événements nationaux) aux EAU, qui deviennent des «événements non autorisés» pendant la période de suspension et tout athlète, cheval ou officiel affiliés à la FEI y participant sera passible d’une période d’inadmissibilité pouvant aller jusqu’à six mois”
“La décision de suspendre la Fédération nationale des Émirats Arabes Unis n’a pas été prise à la légère, mais elle reflète notre engagement en faveur de la bonne gouvernance, de l’intégrité et du bien-être des chevaux”, a déclaré le président de la FEI, Ingmar De Vos. “J’espère sincèrement que cette suspension entraînera le changement au sein de la Fédération et donnera naissance à une nouvelle ère pour l’Endurance dans la communauté équestre des EAU.”
Une sanction financière a également été imposée aux organisateurs des deux événements, et la Fédération nationale des EAU a été condamnée à payer les frais de justice de la FEI. Elle dispose par ailleurs de vingt-et-un jours pour faire appel de la décision devant le tribunal de la FEI.
Ce n’est pas la première fois que la Fédération émiratie fait face à une suspension, comme le rappelle le président de la FEI. “Malheureusement, nous avons été contraints de suspendre la Fédération des Émirats Arabes Unis en 2015 à la suite d’une enquête sur les problèmes de bien-être des chevaux d’endurance et le non-respect des règles et règlements de la FEI. Il est extrêmement décourageant que nous nous attaquions à des problèmes similaires en 2020 et que nous ayons dû revenir à la suspension de la Fédération émiratie. Cependant, l’intention claire de la Fédération nationale des EAU d’éviter l’application des nouvelles règles lors des plus grands événements de leur calendrier s’est reflétée dans leurs actions autour de ces deux événements et, en tant que communauté, nous ne pouvons pas permettre aux fédérations nationales individuelles d’appliquer les règles uniquement au fur et à mesure quand cela leur convient.”
Pour rappel, il s’agit de la deuxième décision majeure de la FEI impactant le pays du Golfe. Une sanction historique a été prise le 3 juin dernier, lorsque que le Tribunal de la FEI a prononcé une peine de vingt ans de suspension à l’encontre du cheikh Abdul Aziz Bin Faisal Al Qasimi. Le représentant émirati avait été reconnu coupable de maltraitance lors du CEI 1* de Fontainebleau, le 15 octobre 2016, compétition durant laquelle sa monture Castlebar Contraban a trouvé la mort.  
Tokyo 2020
Un cavalier australien écarté après un contrôle positif à la cocaïne
21/07/2021 À 05:30
Equitation
"C'est là où je fais souvent la différence" : L'équitation est aussi une question de timing
02/07/2021 À 11:51