L'équipe de France cumule les titres par équipes de championne olympique, d'Europe et du monde, vous ne pouvez qu'être favoris des JO de Pékin...
F. J: Sur le papier, on est effectivement favoris après avoir gagné les trois derniers championnats du monde et le titre européen à Kiev début juillet, mais chaque "compet'" est différente. On s'est par exemple fait "sortir" dans les premiers tours des Coupes du monde à plusieurs reprises. On a un super potentiel et si on ne se prend pas la tête, cela peut passer très largement. Mon objectif est clair: une médaille en individuel et l'or avec l'équipe.
Vous êtes avec votre frère Jérôme le moteur de l'équipe de France d'épée depuis trois ans: que vous apporte votre aîné ?
Pékin 2008
Flessel a toujours envie
29/07/2008 À 05:45
F.J: Etre en équipe avec mon frère, c'est pratique, car on s'entend hyper-bien et on peut tout se dire quand cela ne va pas. On a commencé hyper jeune dans le même club et après, on s'est suivi dans les étapes de notre carrière. Il a migré vers le pôle Espoir, je l'ai suivi, il est entré à l'INSEP, j'y suis rentré trois ans plus tard. Entre nous, il y a de l'émulation, pas de jalousie. Car jusque-là, j'avais les résultats un peu plus tôt que Jérôme et il avait à coeur d'avoir des résultats, si bien que cette année, c'est lui qui est "injouable". Pour moi, c'est une source énorme de motivation.
Après Pékin, vous voulez raccrocher à seulement 27 ans, c'est définitif ?
F.J: C'est définitivement ma dernière compet, parce que c'est le moment idéal pour partir. Après mûre réflexion, je ne pense pas avoir ce qu'il faut pour repartir pour une Olympiade, car je sais ce que cela cote à côté. Je ne me vois pas non plus me projeter sur un objectif comme Paris 2010 (les Championnats du monde, ndlr), cela aurait pu être bien, mais je préfère arrêter tant que j'ai le choix et que je suis encore performant.
C'est parce que l'année a été difficile?
F.J: Le début de saison n'a pas été souriant pour moi et cela s'est joué sur une compétition pour que j'aille à Pékin (Challenge Monal en mai, ndlr). Cela s'est bien passé, mais imaginons que cela ne soit pas passé comme cela, je serais parti sur un échec. C'est pour cela que j'aborde ces JO très détendu. C'est toujours mieux de partir sur un gros événement comme les jeux.
Pékin 2008
Sanson : "Ce n’est pas une revanche"
17/08/2008 À 17:45
Pékin 2008
Flessel pourrait poursuivre
17/08/2008 À 12:53