AP

Barcelone réussit le Grand Chelem

Barcelone réussit le Grand Chelem
Par Eurosport

Le 18/12/2009 à 23:11Mis à jour

Le FC Barcelone a décroché samedi la Coupe du monde des clubs aux dépens d'Estudiantes (2-1, ap). Les Catalans finissent 2009 en beauté, remportant leur sixième titre de l'année après la Liga, la Ligue des Champions, la Coupe du Roi, la Supercoupe d'Europe et d'Espagne. Un exploit unique.

ESTUDIANTES -BARCELONE : 1-2 ( ap )
Buts : Boselli (37e) pour l'Estudiantes - Pedro (89e) et Messi (110e) pour Barcelone

C'est exceptionnel ! En venant à bout des Argentins de l'Estudiantes La Plata sur le score de 2 buts à 1, le FC Barcelone obtient le titre de Champion du monde des clubs. Une récompense qui vient conclure une saison 2009 incroyable et auréolée de six titres. Mais cette dernière distinction a mis du temps à se dessiner. La faute à Alejandro Sabella, coach d'Estudiantes qui avait mis en place une tactique parfaite pour faire déjouer le Barça. Un pressing tout terrain avec toujours un, voire deux joueurs, sur le porteur de balle. Un jeu basé sur le physique et les contres rapides qui aurait pu faire plier le vainqueur de la Ligue des Champions. D'autant que Boselli avait converti magnifiquement de la tête sa seule occasion de la partie (37e, 1-0).

Avec cet avantage au score, les Sud-Américains ont longtemps cru remporter le titre. Regroupés et solidaires, ils ont annihilé toutes les tentatives barcelonaises. Mais ils ont craqué dans l'ultime minute. Les changements effectués par Pep Guardiola ont transformé le jeu du Barça. Pedro, entré à la pause, profite d'un duel gagné par Pique pour lober de la tête Albil légèrement avancé (89e, 1-1). Les Argentins, usés physiquement, ont commis une petite erreur fatale laissant le jeune ailier libre de tout marquage au milieu de la surface.

Messi décisif

Dès lors, Barcelone a pris le contrôle d'une rencontre palpitante. Sans forcément briller mais avec assurance. On attendait ses stars, Xavi, Ibrahimovic ou Henry. Ils n'ont pas su se mettre en évidence. Peut-être l'une des conséquences de l'absence du métronome Andrès Iniesta blessé. Ce sont finalement ses jeunes Pedro et surtout Jeffren qui ont pesé sur cette rencontre. Lionel Messi n'a pas non plus été transcendant, peu à l'aise pour sa première face à des compatriotes. Mais le Ballon d'Or 2009 s'est réveillé pendant la prolongation et s'est montré décisif. Sur un très bon centre de Dani Alvès, il frappe le ballon de la poitrine et inscrit le but de la victoire (110e, 2-1). Même dans la difficulté, le Ballon d'Or fait la différence. La marque des plus grands.

0
0