Il n’en avait pas effleuré un seul, en demi-finale, contre l’Espagne (0-0, 7-6 tab). Sept fois d’affilée, Gianluigi Buffon était allé chercher le ballon dans ses filets, lors d’une séance de tirs au but qui avait propulsé l’Espagne en finale. Dimanche, face à l’Uruguay, le portier italien a fait mieux que se rattraper. S’il n’est pas exempt de tout reproche sur le coup-franc - certes superbe - de Cavani, synonyme d’égalisation, son final est tout simplement exceptionnel. Aimantant les ballons, le portier turinois a écœuré tour à tour Forlan, Caceres et Gargano, pour servir sur un plateau la troisième place de la Coupe des Confédérations (meilleur classement de la Squadra Azzurra dans la compétition).
Si l’Italie a fait la course en tête durant le temps réglementaire, grâce à des réalisations d’Astori, opportuniste après une erreur d’appréciation de Muslera (24e), puis Diamanti, d’un coup-franc "Pirloesque" (73e), l’issue de la rencontre aurait pourtant pu être tout autre. Par deux fois, le Matador Cavani avait remis les compteurs à zéro (58e, 78e), et la sévère expulsion de Montolivo en prolongation, après une simulation de Suarez (110e) semblait devoir condamner des Italiens à bout de force. Mais en parfait capitaine, Buffon surgit. Et la Squadra peut lui dire un immense "Grazie".
Qualif. Coupe du monde
Après la renaissance, l'effondrement : l'Italie est repartie pour une traversée du désert
24/03/2022 À 23:31
Qualif. Coupe du monde
La sensation : l'Italie manquera encore le Mondial
24/03/2022 À 21:41
Qualif. Coupe du monde
"Reviens à la maison" : Donnarumma, la deuxième Joconde qui inquiète l'Italie
23/03/2022 À 23:00