Getty Images

A Belo Horizonte, le Brésil doit choisir le bon prisme pour retrouver la lumière

A Belo Horizonte, le Brésil doit choisir le bon prisme pour retrouver la lumière

Le 01/07/2019 à 22:18

COPA AMERICA – Le Brésil tentera à Belo Horizonte, dans la nuit de mardi à mercredi, de décrocher face à l'Argentine son premier ticket pour une finale dans cette compétition depuis 2007. Pour retrouver la lumière dans un événement majeur, la Seleçao pourra se remémorer son humiliation face à l'Allemagne en 2014, dans ce même stade Mineirao. Ou sa victoire référence contre l'Argentine en 2016.

C'est ce qu'on appelle un match clé. Dans la nuit de mardi à mercredi, le Brésil tentera de rejoindre la finale de la Copa América pour la première fois depuis 2007, date de son dernier sacre dans la compétition. Le tout face à son plus grand rival, l'Argentine. Au-delà de cet enjeu continental, la Seleçao a plus globalement besoin de briller de nouveau dans une compétition majeure.

Il y a bien évidemment eu cette médaille d'or aux Jeux olympiques, en 2016. Et le but, ici, n'est pas de la minimiser, loin de là. Mais en plus d'une absence de douze ans en finale de la Copa América, les Auriverde n'ont plus goûté à une finale de Coupe du monde depuis leur victoire contre l'Allemagne en 2002, marquée par un doublé de Ronaldo (2-0). Et c'est bien ça qui compte.

Le Brésil a encore des traumatismes à effacer

Forcément, cette période de disette a été marquée par des traumatismes plus ou moins importants. Il y a eu, en 2011 et 2015, ces éliminations en quarts de finale de la Copa América contre le Paraguay, à chaque fois aux tirs au but. Une malédiction brisée vendredi. Il y a également eu cette sortie en poules en 2016 dans la même compétition. Mais la sélection entraînée par Tite a surtout vécu un traumatisant 8 juillet 2014. Ce jour-là, les coéquipiers de Thiago Silva avaient été piétinés par l'Allemagne (7-1) en demi-finale de "leur" Coupe du monde. La pire humiliation de leur histoire.

La joie de Mesut Özil et l'Allemagne face au Brésil, en 2014

La joie de Mesut Özil et l'Allemagne face au Brésil, en 2014Panoramic

Une humiliation subie au stade Mineirao de Belo Horizonte… qui sera le théâtre de la très attendue demi-finale de mercredi, à 2h30. Cinq ans après, le Brésil se retrouvera donc face à ses démons, après en avoir effacé une partie contre le Paraguay : "Il faut surmonter les traumatismes de la vie, lançait Dani Alves dans la foulée de cette accession au dernier carré. Aujourd'hui (vendredi, ndlr) nous nous sommes débarrassés de ce traumatisme face à cette équipe qui nous avait renvoyés deux fois à la maison. Nous savions qu'il fallait être très forts mentalement".

2016, souvenir beaucoup plus heureux

Une performance psychologique à rééditer face à Lionel Messi et sa troupe. Ce que Willian et les siens abordent – du moins de façade – avec sérénité : "Nous sommes très sereins à ce sujet, c'est du passé, c'était il y a longtemps, a assuré l'ailier de Chelsea. A présent, nous nous sentons plus forts grâce à la façon dont nous nous sommes qualifiés".

Dani Alves lors de Brésil - Paraguay

Dani Alves lors de Brésil - Paraguay Getty Images

Et puis, le Brésil n'a pas fait que pleurer à Belo Horizonte. En 2016, la Seleçao a livré l'un des matchs référence de l'ère Tite dans ce même stade. C'était dans le cadre des éliminatoires pour le Mondial 2018… et face à l'Argentine. Un succès 3-0 qui avait marqué les esprits : "Il faut penser positif, se rappeler de ce grand match match que nous avions fait contre l'Argentine, a souligné Marquinhos à ce sujet. Tout ce que nous voulons, c'est que le public soit avec nous et nous envoie des énergies positives".

Face à l'Argentine, le Brésil n'a plus perdu en match officiel depuis quatorze ans

"Personne n'est amnésique, personne n'a oublié ce qui s'est passé. Mais la vie est ainsi, il faut aussi penser aux bonnes choses. La dernière fois que nous sommes venus ici, nous avons bien joué", a renchéri Thiago Silva, son partenaire au Paris Saint-Germain. Si les hommes de Tite veulent se rassurer, ils peuvent également regarder le bilan récent de leurs confrontations face à leur rival argentin. La Seleçao n'a plus perdu en match officiel face à l'Albiceleste depuis le 8 juin 2005 (3-1), en qualifications pour le Mondial 2006.

Javier Mascherano, lors de la déroute argentine au Brésil.

Javier Mascherano, lors de la déroute argentine au Brésil.AFP

En Copa América, leur dernier face à face remonte à la finale de 2007, nettement remportée par Julio Baptista et les siens (3-0). Enfin, en prenant en compte les matchs amicaux, l'Argentine ne s'est imposée qu'à deux reprises sur les dix dernières confrontations. La dernière remonte à 2017 (1-0). Depuis, les deux nations se sont de nouveau croisées à Riyad en octobre 2018, pour un nouveau succès du Brésil (1-0). Mercredi, la Seleçao aura évidemment des raisons de trembler. Mais elle aura aussi largement de quoi bomber le torse. A elle de choisir à travers quel prisme elle veut aborder cette rencontre cruciale.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0