Getty Images

Oui, Alves peut encore être un latéral de haut niveau

Oui, Alves peut encore être un latéral de haut niveau

Le 03/07/2019 à 17:36Mis à jour Le 03/07/2019 à 17:40

COPA AMERICA - Très en vue face à l'Argentine en demi-finale (2-0), Daniel Alves enchaîne les sorties remarquées avec le Brésil dans cette Copa America. A 36 ans, le latéral, qui est libre depuis la fin de son contrat avec le PSG, rappelle qu'il peut encore répondre présent au plus haut niveau.

Il est libre depuis son départ du PSG. Mais il ne va pas le rester longtemps. Alors qu'on ne se faisait déjà pas beaucoup de souci pour lui, Daniel Alves utilise cette Copa America de la meilleure des manières pour vendre son CV. Depuis le début du tournoi, et malgré ses 36 ans, il ne cesse de démontrer que le poids des années n'est pas forcément un problème pour lui et qu'il peut toujours être l'un des meilleurs à son poste. Cette demi-finale remportée par le Brésil face à l'Argentine (2-0) l'a illustré.

Omniprésent sur son côté droit, l'ancien joueur du PSG a livré une copie de haut vol au point d'être le meilleur joueur sur la pelouse pour ce choc sud-américain tant attendu. Décisif sur le premier but avec un coup du sombrero avant de décaler Firmino, il a surtout brillé par son activité et son impact dans le jeu. On l'a vu multiplier les courses. Toucher le plus de ballons (111). Et enchaîner les duels gagnants. C'était du très bon Alves. Un "one shot" en forme de chant du cygne ? Pas vraiment. Il accumule en effet les sorties remarquées dans cette Copa America 2019.

Efficace dans une défense à quatre

Alors qu'il avait dû renoncer à la Coupe du monde 2018 sur blessure, Alves rappelle qu'il n'est pas fini et qu'il peut encore évoluer au plus haut niveau, lui qui n'a pas renoncé à participer à la Coupe du monde 2022. Dans cette arrière-garde auriverde qui n'a toujours pas pris le moindre but en cinq rencontres, il en profite d’ailleurs pour faire mentir ses détracteurs, de plus en plus nombreux après son passage en demi-teinte à Paris. De multiples manières mais notamment sur son physique et son leadership. Au PSG, il n'a en effet pas su peser comme on pouvait s'y attendre à sa signature et comme son statut pouvait l'exiger. Pour gommer ses manques défensifs, Thomas Tuchel a même régulièrement dû le replacer plus haut sur le terrain, laissant penser qu'il n'avait plus le coffre pour occuper le poste de latéral.

Cette Copa America lui permet de remettre les points sur les i. Sous la houlette de Tite, qui lui a donné le brassard à la place de Neymar, il assume parfaitement son rôle de leader. Et il s’illustre dans une défense à quatre, alors qu'il semblait de plus en plus à l'aise dans un rôle de piston où ses tâches défensives sont moindres. "Beaucoup de gens ont douté de nous, mais nous sommes en train de récolter les fruits de notre travail", a-t-il déclaré à l'issue de la rencontre. Une déclaration sur son équipe qui résonne aussi comme une réponse personnelle.

Sa Copa America arrive en tout cas à point nommé alors qu’il cherche un club. Au lendemain de cette demi-finale, son nom revient d’ailleurs avec insistance dans les médias espagnols, qui louent sa prestation. Sans grande surprise. Depuis quelques semaines, un retour au Barça est évoqué. Il aurait même été proposé aux Blaugrana, qui n'ont pas donné suite. Après cette Copa America, les champions d'Espagne pourraient bien revoir leur avis. Sinon, d’autres vont se placer pour le récupérer. Il n’y a pas d’inquiétude à avoir là-dessus.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0