Malgré la défaite, l'équipe de France n'a pas démérité contre l'Allemagne. Les Bleues se sont inclinées (4-2) contre le pays hôte et grand favori de la compétition, mardi à Mönchengladbach. Les filles de Bruno Bini ont montré du caractère pour inscrire deux buts mais ont fini la partie à 10. Les Françaises, déjà qualifiées pour les quarts de finale, terminent deuxièmes de la poule A et retrouveront l'Angleterre samedi. La réelle mauvaise nouvelle est la suspension de la gardienne parisienne Sapowicz.
Après un bon début de rencontre, la France a petit à petit subi la domination de l'Allemagne. La Mannschaft l'a concrétisée en profitant d'erreurs défensives tricolores, sur un coup franc repris par Garefrekes (0-1, 25e) et une tête de Grings (0-2, 32e). Plus empruntées que lors de leurs deux premières sorties, les coéquipières de Soubeyrand ont redressé la tête après la pause. Entrée en jeu, Delie a réduit le score suite à un corner, son 22e but en 21 sélections (1-2, 56e). Mais à la 64e minute, le match a de nouveau tourné en faveur des locales avec un penalty et l'expulsion de Sapowicz. Grings l'a transformé face à Deville (1-3, 68e).
Delie manque l'égalisation
Coupe du monde féminine
La France remet son dossier le 30 octobre pour l'organisation du Mondial 2019 féminin
20/10/2014 À 11:12

france

Crédit: AFP

L'équipe de France, en infériorité numérique, a toutefois montré des ressources mentales en réduisant le score d'une tête rageuse de Georges (2-3, 71e). Delie aurait même pu égaliser sur un duel face à Angerer (73e), et les Allemandes ont finalement clos la marque. Okoyino a profité d'une nouvelle erreur défensive des Bleues (2-4, 88e). L'Allemagne était déjà la dernière équipe à avoir marqué au moins trois buts contre la France, il y a deux ans lors de l'Euro 2009 (5-1).
Cette défaite face aux doubles championnes du monde en titre n'a néanmoins que peu de conséquences. La France disputera bien le premier quart de final mondial de son histoire, et évite même le Japon, quatrième nation au classement FIFA. Ce match ne doit pas remettre en cause le bon parcours français, alors que Bruno Bini a répété à plusieurs reprises que le réel objectif était de gagner le quart de finale. La France n'est pas passée du "statut d'outsider voire de looser, à favori de la Coupe du monde", comme aime le préciser le sélectionneur tricolore. Mais une qualification en demi-finale reste tout à fait possible. Réponse samedi à Leverkusen.

Lesommier

Crédit: AFP

Coupe du monde féminine
Bini reconduit pour deux ans
19/07/2011 À 10:56