Getty Images

Les Américaines restent les reines du monde

Les Américaines restent les reines du monde

Le 07/07/2019 à 18:46Mis à jour Le 07/07/2019 à 19:24

COUPE DU MONDE - Les Etats-Unis ont conservé leur titre mondial en s'imposant contre les Pays-Bas en finale (2-0), ce dimanche à Lyon. Les Américaines, qui ont fait la différence après la pause grâce à Megan Rapinoe et Rose Lavelle, s'offrent leur quatrième titre en huit éditions et réalisent leur premier doublé.

Et de quatre ! Ce dimanche, les Etats-Unis ont remporté leur quatrième titre de championnes du monde, après leur victoire contre les Pays-Bas (2-0), en finale de la Coupe du monde féminine. Au Groupama Stadium de Lyon, il a fallu attendre l’heure de jeu pour que la situation ne se décante. Megan Rapinoe a ouvert le score sur penalty (61e), avant que Rose Lavelle ne double la mise (69e). Championnes d’Europe en titre, les Néerlandaises n’ont pas réussi à soutenir la comparaison. Pour leur deuxième Coupe du monde, elles terminent donc deuxième. Quant aux Américaines, elles conservent leur titre acquis en 2015 et font aussi bien que les Allemandes, titrées en 2003 et en 2007.

A chaque fois depuis le lancement de cette Coupe du monde, les Etats-Unis avaient pris l’habitude de marquer un premier but dans les douze premières minutes de jeu. Cette fois, il n’en a rien été. Face à elles, les Américaines sont tombées sur une équipe des Pays-Bas bien disciplinée et qui n’a laissé que peu d’espaces derrière. Pendant la première demi-heure de jeu. Car après la première frappe cadrée de Julie Ertz bien boxée par Sari van Veenendaal (28e), les protégées de Jill Ellis ont clairement accéléré, avec notamment une incroyable triple occasion peu avant la pause.

Malgré leurs puissantes tentatives respectives, Samantha Mewis et Alex Morgan se sont heurtées à la gardienne adverse, tandis que l’ancienne Lyonnaise a également trouvé le poteau (39e). Les Oranje, quant à elles, ont été bien inoffensives devant, ne tentant que très peu leur chance, avec une première frappe dans le temps additionnel (45e+3). Finalement, la situation s’est débloquée, après intervention du VAR. Suite à un pied haut de Stefanie van der Gragt sur Alex Morgan, l’arbitre française Stéphanie Frappart a consulté les images, avant d’accorder un penalty pour les Américaines. Un penalty dont s’est chargée Megan Rapinoe, pour son sixième but en cinq rencontres dans la compétition (1-0, 61e).

Les Etats-Unis ont fait la différence en huit minutes

Comme à son habitude depuis le début de la phase à élimination directe, l’emblématique Américaine s’est montrée décisive (deux buts contre l’Espagne en huitièmes et deux contre la France en quarts). Les Etats-Unis n’ont pas attendu bien longtemps avant d’enfoncer le clou. Seulement huit minutes plus tard, Rose Lavelle a doublé la mise, d’une frappe croisée du gauche (2-0, 69e). En fin de rencontre, les Américaines se sont ruées vers le but adverse mais elles se sont montré bien maladroites dans le dernier geste.

Megan Rapinoe

Megan RapinoeGetty Images

L’essentiel était déjà fait et les Néerlandaises l’ont d’ailleurs compris assez tôt. Après 1991, 1999 et 2015, les Etats-Unis ajoutent donc un nouveau sacre mondial à leur palmarès. Seule l’édition 2011 leur avait échappé, malgré leur présence en finale. Equipe la plus prolifique de cette édition 2019 (26 buts), les Américaines sont toujours montées sur le podium en huit Mondiaux. Elles sont décidément bien seules au monde.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0