Getty Images

Coupe du monde : Harry Kane, l’autre prince d’Angleterre

L’autre prince d’Angleterre

Le 18/06/2018 à 23:22Mis à jour Le 18/06/2018 à 23:55

COUPE DU MONDE – Auteur d’un doublé salvateur pour l’Angleterre face à la Tunisie (2-1), Harry Kane a endossé son rôle de leader des Three Lions avec talent ce lundi. Malgré un match compliqué face à la défense rugueuse de ses adversaires, l’attaquant de Tottenham a assumé son statut. Nécessaire pour des Anglais sur un fil lors de cette entrée en lice.

Quand il le veut, le football sait être taquin. Ce n’est pas Roy Hodgson qui dira l’inverse. À l’Euro 2016, l’ancien sélectionneur des Three Lions avait été vivement critiqué pour avoir fait d’Harry Kane son tireur attitré de corner. Ce lundi, au milieu des moucherons de la Volgograd Arena, l’attaquant de Tottenham s’est fendu d’un doublé… sur corner pour sauver la patrie face à la Tunisie (2-1). Cruel clin d’œil du destin.

Ce lundi, dans la chaleur de l’ancienne Stalingrad, on a longtemps pensé que ce serait "same old sh**" pour les Anglais. Après un début de match pied au plancher, les Three Lions ont réussi à convertir leur temps fort assez rapidement par leur capitaine d’un soir, le plus jeune de l’histoire de la sélection en Coupe du Monde. En renard des surfaces, "HurryKane" était "the right man at the right place" (1-0, 11e).

On imaginait que ses coéquipiers seraient embarqués dans le tourbillon. Mais c’est tout l’inverse qui s’est produit. Kane muselé, ses partenaires ont gâché. Comme rarement. C’est simple, à la mi-temps, le score était de 1-1. Il aurait dû être de 3 ou 4-0. Mais les attaquants anglais et Kyle Walker, auteur d’une faute aussi stupide qu’inutile, en ont décidé autrement.

Prise de catch et démarquage

Alors, l’homme qui a bourlingué dans l’Angleterre du football entre 2011 et 2013 pour se faire un nom a sorti sa cape de super-héros. Il aurait d’abord dû bénéficier d’un penalty sur une prise de catch d’un défenseur tunisien (52e). Mais plutôt que de se frustrer, il a gardé sa mission en tête : "Quelques penalties auraient pu être sifflés en notre faveur, surtout quand on voit le leur, il y a aussi eu des corners où ils ont fait preuve d'antijeu mais le foot, c'est comme ça" a-t-il notamment expliqué après coup.

Le flegme anglais allait finalement finir par payer. Sur un dernier corner, l’autre prince d’Angleterre échappait au marquage des Aigles de Carthage pour prolonger la déviation de Stones pour faire vivre une fin de soirée festive au Royaume (2-1, 90+1e). "Je sais que les pubs ont dû exploser à la maison. J’étais ce gamin qui regardait les matches dans les pubs avant, je sais ce que c’est" a-t-il d’ailleurs souri au micro d’ITV Football.

Captain Kane

"C’était un match très disputé. On a très bien joué en première mi-temps, on a réussi à se créer des occasions, a détaillé le héros d’un soir, visiblement soulagé, au micro de beIN Sports. Félicitations à tous les joueurs car entrer dans une Coupe du monde, ce n'est pas facile. On a joué de manière brillante, on était très à l'aise sur le terrain donc c'est très bien pour un premier match." Sobre et leader.

Dans la lignée de sa folle saison du côté de Tottenham (41 buts en 48 matches), le capitaine anglais s’assume de plus en plus avec la troupe de Gareth Southgate. Le patron, c’est lui. Et cela se voit. En 25 sélections, il a déjà trouvé le chemin des filets 15 fois. Dont 9 sur ses 7 derniers matches.

Après le triplé de Cristiano Ronaldo, le buteur anglais avait admis, dans un sourire, être "sous pression" dans la quête du titre de meilleur buteur du Mondial. Ce lundi, il ne pointe plus qu’à une seule unité. Et, lui aussi, peut se vanter d’être le sauveur de la patrie. Et être prince d’Angleterre, ce n’est pas donné à tout le monde.

Harry Kane buteur lors de Angleterre - Tunisie en  Coupe du monde 2018

Harry Kane buteur lors de Angleterre - Tunisie en Coupe du monde 2018Getty Images

0
0