Getty Images

Victorieuse de l'Angleterre et première du groupe G, la Belgique garde sa belle dynamique

L'Angleterre n'a pas forcé, la Belgique garde sa belle dynamique

Le 28/06/2018 à 21:56Mis à jour Le 28/06/2018 à 23:34

Troisième match et troisième victoire pour la Belgique, qui a battu l'Angleterre jeudi lors du choc du groupe G (1-0), qui était aussi le dernier match de la phase de poules. Les Diables Rouges, qui présentaient comme les Trois Lions une équipe très largement remaniée, terminent premiers et défieront le Japon en 8e. Pour l'Angleterre, ce sera la Colombie, dans une partie de tableau plus abordable.

Entre un huitième de finale face au Japon dans la partie la plus relevée du tableau, et une confrontation face à la Colombie dans la moitié la plus ouverte, la Belgique a finalement préféré la première option. Ou alors, peut-être n'avait-elle pas imaginé son destin de la sorte. Parce qu'avant un éclair de génie d'Adnan Januzaj, les Diables Rouges, comme les Anglais d'ailleurs, n'avaient jamais véritablement donné l'impression de vouloir l'emporter, jeudi soir dans le choc du groupe G entre deux équipes qui avaient jusque-là réussi un carton plein. Mais les Belges se sont finalement imposés (1-0). Et il est encore trop tôt pour savoir s'ils vont le regretter.

Pourtant, au vu du onze belge aligné pour ce "choc" qui n'en avait que le nom, Roberto Martinez n'y tenait pas vraiment. Seuls deux joueurs, Thibaut Courtois et Dedryck Boyata, avaient également débuté les deux rencontres précédentes. Gareth Southgate, sélectionneur des Three Lions, a lui aussi opéré une (très) large revue d'effectif. Preuve que la deuxième place du groupe G était bel et bien plus convoitée que la première...

Le bijou de Januzaj

La première période, et ses trois petits tirs cadrés en tout et pour tout - tous en faveur des Belges - en était une autre. Mais visiblement, Adnan Januzaj n'avait que faire de ces petits calculs. Lui n'a pas joué ce match comme un amical. Plutôt comme une finale. A peine cinq minutes après le retour des vestiaires, le joueur de la Real Sociedad a hérité du ballon sur le côté droit de la surface adverse. Un râteau intérieur et un crochet extérieur pour mettre Danny Rose dans le vent, un enroulé du gauche pour fusiller Pickford : l'ailier de 23 ans s'est mis les supporters dans la poche. Ils avaient conspué les 22 joueurs, 20 minutes plus tôt.

Rashford étonnamment maladroit en face à face malgré une ouverture lumineuse de Vardy (66e), l'Angleterre a dû patienter jusqu'à la 83e minute, et une frappe de Welbeck repoussée du bout du pied par Fellaini, pour enfin trouver le cadre. Les hommes de Southgate s'en sont contentés. Et puisque les Belges avaient l'avantage, ils ont tout de même tenté d'enfoncer le clou en toute fin de match, Mertens puis Thorgan Hazard ne parvenant pas à tromper Pickford (89e). Qu'importe. Le "mal" était fait.

0
0