Les regards sont le plus souvent braqués vers son attaque. Forcément. Le Brésil a placé trop de représentants parmi les plus grands talents offensifs de l'histoire du football pour qu'il en soit autrement. C'est toujours le cas en 2022. Au moment d'évoquer le potentiel de la Seleçao pour remporter son premier titre mondial depuis 20 ans, il est souvent question de la qualité des attaquants brésiliens, incarnée par Neymar. Sa défense est moins présentée comme son meilleur argument. Et pourtant…
Sa solidité se lit dans les chiffres de sa campagne de qualification. En 17 matches disputés, le Brésil n'a concédé que 5 petits buts, terminant avec la meilleure défense du tournoi sud-américain devant l'Argentine (8 buts) et réalisant pas moins de 13 clean-sheets. Depuis son revers contre la Belgique en quart de finale de la Coupe du monde 2018 (1-2), elle n'a jamais bouclé un match en concédant plus de deux buts. Et cela ne lui est arrivé que deux fois sur les quatre dernières années, la dernière face au Pérou (2-4) le 14 octobre 2020.
Coupe du monde
Neymar forfait contre le Cameroun, Alex Sandro et Danilo aussi
HIER À 15:40

Du talent à tous les postes clés

Si le Brésil est aussi imperméable, c'est déjà parce qu'il a des défenseurs de talent. Il est particulièrement bien armé dans l'axe avec des joueurs confirmés dans les plus grands clubs européens. L'inusable Thiago Silva reste l'un des meilleurs au monde à son poste avec Chelsea, du haut de ses 38 ans. Eder Militão a pris une autre dimension depuis qu'il a rejoint le Real Madrid. Et Marquinhos, malgré une petite baisse de régime ces derniers mois, n'en demeure pas moins une valeur sûre du PSG. En ajoutant la montée en puissance de Bremer (Juventus), le Brésil a vraiment de quoi voir venir en défense centrale.
Ailleurs aussi. Ses latéraux (Danilo et Dani Alves à droite, Alex Telles et Alex Sandro) à gauche, bénéficient aussi d'une solide expérience dans les plus grands championnats européens. Ses deux gardiens, Alisson et Ederson, font partie des références mondiales et présentent chacun l'avantage d'être compétitifs dans le jeu au pied. Et pour couronner le tout, la Seleçao peut aussi s'appuyer sur des milieux récupérateurs de premier plan avec Casemiro et Fabinho, deux joueurs qui maîtrisent si bien l'art d'équilibrer un collectif. La solidité du Brésil, c'est bien l'ensemble des individualités qui forment son bloc défensif, pas seulement sa charnière.

Le sens du détail

Mais il ne suffit pas de cocher des noms ronflants sur le papier pour avoir une bonne défense. Avoir des défenseurs réputés n'avait pas empêché le Brésil de subir une humiliation inoubliable face à l'Allemagne en demi-finale du Mondial 2014 (1-7). La qualité individuelle est essentielle, mais le Brésil sait aussi effectuer le travail en amont pour placer ses éléments remarquables dans les meilleures conditions. Tite et son staff ont ainsi mis l'accent sur un travail très poussé à la vidéo pour étudier leurs adversaires en général, et leurs animations offensives en particulier.
La Seleçao s'est ainsi dotée des analystes de plusieurs clubs brésiliens, comme Palmeiras ou les Corinthians, pour maximiser sa connaissance de ses opposants. Il n'est plus question de négliger le moindre détail. "Nous étudions beaucoup nos adversaires et nous nous préparons à tout, nous devons être très prudents avec ces joueurs, expliquait ainsi Eder Militão en faisant référence au duo d'attaque serbe formé par Dusan Vlahovic et Aleksandar Mitrovic, qui va croiser la route du Brésil ce jeudi. En Coupe du monde, celui qui rate le moins finit par être victorieux."

"Leur point fort, c'est l'unité"

Le Brésil s'est ainsi donné toutes les chances de faire fructifier son indéniable talent offensif en appuyant sur ce qui a pu constituer sa faiblesse par le passé. Au-delà de ses talents en défense et de l'étude poussée de ses adversaires, il y a aussi la force de l'habitude. La plupart des joueurs sélectionnés par Tite pour ce Mondial évoluent ensemble en équipe nationale depuis plusieurs années. Surtout au sein de son bloc défensif. S'appuyer sur des automatismes bien rôdés est un atout majeur tant les possibilités de les travailler sont plus réduites en sélection qu'en club.
La formation de Tite a ce vécu qui lui donne des vertus collectives, une coordination optimisée des mouvements de chacun pour solidifier encore son bloc et le rendre toujours plus difficile à manœuvrer. Si le Brésil défend aussi bien, c'est parce que ses hommes défendent ensemble. Une question d'état d'esprit résumée par Cafu avant le tournoi. "Le point fort, c'est leur unité, ils savent qu'ils ne dépendent pas d'un seul joueur pour gagner la Coupe du monde, et ça va les aider", expliquait le légendaire latéral auriverde. Alors, les regards seront sûrement braqués sur une attaque emmenée par Neymar. Mais pour cet ambitieux Brésil, la lumière pourrait bien venir de derrière.

"Où je vivais, il se passait plein de choses" : Richarlison, des dangers de la rue au Mondial

Coupe du monde
Le Brésil orphelin de Neymar : "C'est vrai qu'il nous a manqué"
28/11/2022 À 20:07
Coupe du monde
Défense en béton armé, Paqueta pas comme Neymar : Les tops et flops
28/11/2022 À 19:36