Football
Coupe du monde

Au tour de Trezeguet ?

Partager avec
Copier
Partager cet article
ParEurosport
16/06/2006 à 14:30

Resté sur le banc mardi, David Trezeguet attend patiemment d'avoir sa chance. Et si c'était face à la Corée du Sud ? Peu convaincante offensivement avec un seul attaquant, l'équipe de France pourrait repasser à deux hommes devant. D'autant que Thierry Hen

Au rythme des occasions manquées ou des maladresses de ses coéquipiers, David Trezeguet n'a cessé de dodeliner de la tête. Assis sur le banc ou debout sur le bord du terrain, le Turinois n'a cependant jamais arrêté d'encourager ses partenaires face à la Suisse (0-0). Espérant avoir sa chance jusqu'à la dernière seconde de la partie, le troisième meilleur buteur de l'histoire des Bleus (32 buts en 63 sélections) a souffert. Il n'est finalement pas entré sur la pelouse du Gottlieb-Daimler Stadion et la France est rentrée au château de Münchausen avec un tout petit point. Et des doutes pleins la tête.

David Trezeguet sur le terrain, l'équipe de France aurait peut-être connu des difficultés semblables face aux Helvètes et, qui sait, aurait quitté Francfort sur un même résultat vierge. Nul ne pourra prouver le contraire. Ce qui est certain, c'est que la défaillance de ses coéquipiers l'a remis en lice. Maintenant, reste à savoir si Raymond Domenech va s'entêter avec un 4-5-1 qui, certes, offre aux Bleus une assise des plus solides mais les prive de points d'appuis en attaque.

Football

Griezmann, liste élargie et son avenir : Deschamps passe en revue l'actu des Bleus

12/07/2020 À 18:03

"Stabiliser l'équipe"

"L'idée n'est pas de changer en permanence, c'est de stabiliser l'équipe, d'avoir une organisation de base, explique le sélectionneur français. Une équipe solide, ce n'est pas une équipe qui change dès qu'il y a un coup de vent de travers. Ce qui compte, ce n'est pas de marquer quatorze buts au premier match mais de durer, c'est ce qu'on veut faire." Mais pour durer, encore faut-il marquer... Alors Trezeguet ou pas Trezeguet ? Suspense. Il faudra attendre pour avoir la réponse : "Je ne suis pas plus tenté par un attaquant, deux attaquants ou trois attaquants... Toutes les options restent possibles jusqu'à dimanche, et même pendant le match. Il y a encore des entraînements d'ici dimanche. Même si j'ai une idée, je me la garde au chaud. "

Thierry Henry, lui, n'hésite pas à faire part de sa réflexion. Principale "victime" du passage au 4-5-1 alors que les Français avaient joué leurs matches de préparation en 4-3-1-2, le Gunner ne serait pas contre un peu d'aide devant. "Contre la Suisse, j'ai essayé de faire des appels en profondeur mais passée l'heure de jeu j'ai eu du mal à continuer. Je ne sais pas si je pourrai faire toute la Coupe du monde seul devant. Il faut que je fasse beaucoup d'appels de balle pour qu'on se procure des occasions. A un moment, j'ai eu un sentiment de solitude." S'il ne cite pas le nom de David Trezeguet (ni celui de Louis Saha), le Gunner ne serait pas contre une nouvelle association avec son ancien compère de Monaco.

Une chanson connue

Henry-Trezeguet, la chanson est déjà connue. Et le duo pourrait bien donner un peu d'allure à une attaque bleue en berne. Certes, leur association n'a pas toujours été une réussite en équipe de France et n'a pas empêché les Tricolores de sombrer en 2002 et 2004. Mais qu'importe, David Trezeguet reste un joueur à part. Dans les rangs des Tricolores, personne n'est meilleur que lui quand il s'agit de faire la différence dans la surface de vérité. Personne n'a ce profil de renard. Transparent dans l'animation, le Turinois n'a pas son pareil pour tuer un match.

"Surpris" d'avoir été cantonné au banc de touche après le premier match face au Mexique, David Trezeguet se verrait bien profiter d'un retour en grâce. D'autant que le Français a une revanche à prendre sur les phases finales. Mis à part un moment de bonheur intense à Rotterdam (nldr : but en or en finale de l'Euro 2000), l'attaquant a toujours été malheureux sur le plan individuel en Coupe du monde ou en Championnat d'Europe. Jeune en 1998, il n'avait pas un statut de titulaire. En 2000, il n'était que le troisième attaquant derrière Henry et Anelka et n'avait été titularisé qu'une seule fois par Roger Lemerre. On passera sur 2002 et 2004... En 2006, l'histoire sera peut-être différente. Reste à savoir si Domenech lui laissera sa chance.

Coupe du monde

"Domenech n'a pas su gagner le respect de ses joueurs car il n'avait rien gagné"

19/06/2020 À 23:02
Coupe du monde

"Un jour, Domenech s'invite chez Anelka et lui demande comment il souhaite jouer…"

19/06/2020 À 13:10
Dans le même sujet
FootballCoupe du mondeFrance
Partager avec
Copier
Partager cet article