Avec ses 212 buts en championnat et ses 28 sous le maillot des Pays-Bas, Ruud van Nistelrooy est un habitué des célébrations. Pourtant, celle de samedi lors de sa seconde réalisation contre Saragosse (2-2) restera à jamais dans sa mémoire. "Je ne comprenais pas, a expliqué le buteur batave. J'ai regardé nos supporters célébrer ce but alors que je courrai vers le centre du terrain. Je ne comprenais pas pourquoi ils ne s'arrêtaient pas alors qu'on avait juste égaliser. Je me suis alors tourné vers le tableau d'affichage. Et j'ai compris..."

En un coup d'oeil, il a compris qu'il venait sûrement d'offrir le championnat d'Espagne au Real. Sur le tableau d'affichage figurait l'égalisation de Raul Tamudo face au FC Barcelone (2-2). Grâce au doublé de Ruud et à ce match nul décroché in-extremis par l'Espanyol face au Barça, le Real est en position de force pour remporter un titre qui lui échappe depuis quatre ans. "A un moment donné, j'ai cru que la Liga nous échappait mais Dieu était avec nous ", se réjouit Ramon Calderon. Le président merengue résume parfaitement la situation. Car samedi, Dieu devait avoir un oeil sur Ruud van Nistelrooy. Comme depuis plusieurs semaines...

Liga
Jimenez succède à Ramos
27/10/2007 À 11:26

Un renard des surfaces

"Van Gol a encore sauvé Madrid. Sans lui, cela n'aurait pas été possible", résume Marca, le quotidien sportif espagnol. L'ancien joueur du PSV Eindhoven est le grand artisan du renouveau merengue. Et pas seulement pour ses deux buts contre Saragosse samedi. Sa première saison dans la capitale espagnole est exceptionnelle. Dans un championnat qu'il découvre, le Néerlandais ne se procure pas beaucoup d'occasions mais il est terriblement redoutable devant le but. Il a déjà signé 33 buts toutes compétitions confondues. Surtout, il est présent dans les moments importants. La marque des grands. Depuis le début du sprint final, il est inarrêtbale. Il a trouvé le chemin des filets lors des sept derniers matches et porte le Real sur son dos. "Il a le sens du but comme peu de joueurs mais sa réussite est également le fruit d'un travail acharné à l'entraînement", note Fabio Capello.

Le meilleur buteur de la C1 avec Manchester en 2002 et 2005 est en passe de marquer l'histoire d'un des plus grands clubs de football du monde. Sans bruit et après cinq saisons passées en Angleterre, le Batave s'est imposé à la pointe de l'attaque madrilène en profitant de la baisse de régime de Raul ou de Ronaldo et de la mise à l'écart d'Antonio Cassano. Ensuite, le joueur de champ le plus utilisé par Capello a vite fait oublier le départ de Ronaldo lors du mercato. En enchaînant les buts comme des perles, il a remis le Real sur la voie du titre. Histoire de justifier les 15 millions d'euros mis sur la table pour le faire venir de Manchester.

Pourtant, l'histoire d'amour avec les socios avait difficilement commencé. Ces derniers ont mis du temps à l'adopter. Reprochant à leurs dirigeants d'avoir recruté un joueur si peu spectaculaire. Oui Ruud n'a pas un jeu sexy mais il est d'une efficacité rare. Un vrai renard des surfaces. Sous médiatisé par rapport à son immense talent du buteur. Les fans madrilènes l'ont vite appris... En course pour devenir "pichichi" avec 25 buts au compteur, Ruud a conquis Bernabeu. Il pourrait même encore un peu plus rentrer dans le coeur des socios en décrochant le titre de Soulier d'Or, qui récompense le meilleur buteur européen. Il lui manque juste un but pour dépasser un certain Francesco Totti, auteur de 26 réalisations cette saison. Un petit but contre Majorque qui mettrait encore un peu plus le Real sur les rails du titre...

Glenn CEILLIER

Liga
Messi incertain
14/09/2007 À 22:21
Liga
Robben d'accord avec le Real
18/07/2007 À 12:48