"On est des privilégiés". On n'a pas compté mais c'est sans doute la phrase que Presnel Kimpembe a le plus répétée samedi devant la presse. Aux journalistes qui s'inquiétaient des conditions d'hébergement des Bleus en Roumanie, au cœur d'un hôtel parfois bruyant, aux suiveurs préoccupés par les loisirs restreints de Tricolores cloitrés dans leurs chambres, de leur état physique entamé par la chaleur étouffante de Budapest et celle à peine moins lourde de Bucarest, le défenseur du Paris Saint-Germain a inlassablement rappelé combien la situation des internationaux français était enviable..
Voir la vie et les événements du bon côté, ça pourrait être la devise accolée à Presnel Kimpembe, apparu souriant, attelle à l'annulaire de la main gauche. Avec lui, pas de problème. Juste des solutions. Une pénurie d'arrière-gauche après la rechute de Lucas Hernandez ou la blessure musculaire de Lucas Digne ? "Les joueurs ne sont pas forfait, jusqu'à nouvel ordre en tout cas. Si le coach a besoin, je me tiendrai à disposition de l'équipe", a-t-il éludé. Quid d'Adrien Rabiot dans cette position inhabituelle ? "Jouer défenseur, il l'a déjà fait dans les équipes de jeunes, mais pas forcément latéral".
Euro 2020
DD préféré à ZZ sans condition: "On continue comme si rien ne s'était passé, or..."
09/07/2021 À 17:16
Antoine c'est un ancien Colchonero, il sait d'où il vient
Et le jeu de l'équipe de France, à la fin d'un premier tour inégal marqué par victoire face à l'Allemagne (1-0), deux nuls face à la Hongrie (1-1) et au Portugal (2-2), qu'en pense-t-il ? "Franchement, sortir premier du groupe de la mort, moi je prends, ça ne me pose pas de souci, a-t-il répondu, plus offensif. Je vous retourne la question : vous préférez être premier avec quelques problèmes pendant le premier tour ou 2e ou 3e avec du beau jeu ? vous choisissez quoi ? Au bout d'un moment, il faut relativiser et prendre le bon côté des choses. L'objectif, c'était la qualification. C'est chose faite et on en est très content."

Un ambianceur devenu patron : Kimpembe, rare satisfaction de l’Euro des Bleus

Il fut aussi question de Paul Pogba, qui ne "l'impressionne plus car (il) le connait par cœur", de Kylian Mbappé qui va bien finir par trouver le chemin des filets "parce qu'il a les occasions", ou d'Antoine Griezmann. Ce dernier, toujours en retrait, fait beaucoup pour l'équipe, jusqu'à oublier son cas personnel. Là aussi, "Presko" positive. Parce que c'est Grizou et qu'il est toujours aussi important pour le reste de l'équipe. "Antoine c'est un ancien Colchonero, il sait d'où il vient, rigole-t-il. On connait son sens du sacrifice, il est généreux dans le sens des efforts. On sait à quoi il nous sert aussi, pas qu'un joueur défensif, on ne va pas cracher dessus, on prend toute sa palette". Si l'optimisme de Presnel Kimpembe est contagieux, l'équipe de France va vraiment très bien. Merci pour elle.
Euro 2020
Les tirs au but, tout sauf une "loterie" : "Mbappé a imité Bolt, c’est un signe de nervosité"
08/07/2021 À 16:47
Euro 2020
Benzema : "Merci d'avoir accueilli mon retour avec autant de bienveillance"
04/07/2021 À 20:24