"C'est notre Wayne Rooney", dit de lui Jorge Andrade. Ils sont nés la même année (1985), ils jouent tous deux en Angleterre (Manchester United et Everton) mais, si leurs styles sont très différents, les deux joueurs restent les symboles de cette "classe biberon" qui a éclos au Portugal pour emmener leurs équipes au sommet. Rooney a ainsi signé deux doublés face à la Suisse (3-0) puis la Croatie (4-2) pour hisser les Anglais en quart de finale.
De son côté, Ronaldo n'a inscrit qu'un but lors du match d'ouverture perdu face à la Grèce (1-2), devenant le quatrième plus jeune joueur de l'histoire de l'Euro, mais pèse de plus en plus sur la Seleçao. Sorti du banc lors des deux premiers matches, cet ailier de 19 ans a gagné ses gallons de titulaire face à l'Espagne (1-0) avant de sortir sous une ovation. Depuis ses débuts en équipe nationale en août 2003, l'Espoir a fait mieux que confirmer au point de devenir incontournable.
Euro 2004
Zidane, seul bleu retenu
06/07/2004 À 08:00
"Notre Wayne Rooney"
L'intéressé refuse pourtant la comparaison avec le prodige anglais. "Vous ne pouvez pas nous comparer Rooney et moi. C'est un joueur au profil très différent. Il réalise un tournoi fantastique, nous le respecterons, tout comme l'Angleterre. Ceci dit, l'Angleterre ce n'est pas juste Wayne Rooney. David Beckham et Michael Owen sont de grands joueurs", s'étonne le Portugais.
Car Ronaldo est davantage un manieur de ballon, le genre à multiplier les passements de jambes et les gestes spectaculaires. Un style qui lui a attiré les critiques pour son jeu imprévisible mais parfois un peu trop individualiste. "Parfois les gens me reprochent d'avoir un jeu trop individualiste, mais si je suis à Manchester United c'est qu'il y a une raison", rétorque-t-il avec son aplomb habituel.
Transfert record à MU
Malgré une certaine arrogance, Cristiano Ronaldo devrait à nouveau être l'arme offensive numéro 1 du Portugal lors de ses retrouvailles avec des Anglais qu'il a appris à connaître. "L'Angleterre a une bonne défense avec Gary Neville, Ashley Cole et Sol Campbell. On devra être à notre meilleur niveau pour les battre. Mais personne ne nous fait peur", explique-t-il.
Arrivé à Manchester United en août 2003 pour 17.5 millions d'euros, un record pour un joueur de moins de 20 ans, l'ancien pensionnaire du Sporting Portugal a en effet pris ses marques en Premier League où il a su séduire Sir Alex Ferguson en inscrivant quatre buts sous le maillot des Red Devils. Autant dire qu'il attend avec impatience sa confrontation avec ses coéquipiers de MU : Paul Scholes, Nicky Butt, Phil Neville mais surtout Gary Neville qu'il devrait retrouver sur son chemin.
Gary Neville est prévenu
"Je pense que je vais réussir à le déborder. Mais le plus important est que le Portugal l'emporte. Je sais que mes courses sont bénéfiques à l'équipe et je vais continuer dans ce sens" , a-t-il d'ores et déjà prévenu. Il en faut toutefois plus pour impressionner le défenseur mancunien : "Ronaldo est un joueur fantastique mais j'ai joué face à lui toute la saison à l'entraînement" .
L'aîné des frères Neville n'en reste pas moins élogieux quant aux qualités du jeune lusitanien. "Ashley et moi devrons être à notre meilleur niveau face à Ronaldo et Figo. Ronaldo est un danger permanent. Je n'aurai pas une seconde de repos. S'il est taclé neuf fois, il demandera encore le ballon pour essayer de vous passer la dixième fois. Il m'a surpris depuis Noël et a prouvé à tout le monde qu'il pouvait devenir un joueur de classe mondiale". Le match a déjà commencé...
Euro 2004
Zagorakis, Dieu de l'Euro
05/07/2004 À 08:05
Euro 2004
La Grèce en folie
05/07/2004 À 08:00