AFP

Le PSG s'incline face au Real Madrid (1-0) en match amical à Doha

Le PSG a trop gâché

Le 02/01/2014 à 17:31Mis à jour Le 02/01/2014 à 21:36

Le PSG a perdu son "choc amical" face au Real Madrid (1-0) jeudi à Doha. Pourtant, ce ne sont pas les occasions qui ont manqué pour les Parisiens...

Les princes étaient merengues, jeudi, à Doha. Faute d'avoir su concrétiser ses nombreuses opportunités, le Paris Saint-Germain s'est une nouvelle fois incliné en match amical face au Real Madrid (0-1). En juillet, Karim Benzema avait fait la différence. Il a cette fois laissé au jeune Jesé Rodriguez le rôle d'unique buteur de la rencontre (19e). Et s'il s'est plus appuyé sur ses titulaires, Laurent Blanc s'est encore incliné face à Carlo Ancelotti.

Après une frayeur pour Thiago Motta (alerte au genou gauche après un tacle), Edinson Cavani a allumé les premières mèches mais perdu son duel avec Diego Lopez (16e). Parfaitement décalé par Ibra et Matuidi, l'Uruguayen était pourtant seul aux 6 mètres. Son équipe a immédiatement été sanctionnée de ce premier accès d'inefficacité.

Ce Real était prenable mais...

Alvaro Morata a trouvé les filets en premier mais était hors-jeu (17e). Alors l'international espoirs a offert une merveille de passe décisive pour Jesé, trop vif pour Alex, trop précis pour Sirigu (19e). Rappelés à l'ordre au premier relâchement coupable, les Parisiens ont ensuite tenté de tout renverser face à une équipe merengue de circonstances, qui a eu recours à de nombreux jeunes. Activité de Cavani, génie d'Ibra, maîtrise technique des milieux de terrain et apport des latéraux : tout semblait réuni pour marquer. Tout, sauf le dernier geste.

Diego Lopez s'est imposé sans difficulté devant Ibrahimovic (40e) et, surtout, les Parisiens n'ont quasiment jamais accroché le cadre, malgré de belles situations, tandis que le jeune José Rodriguez maintenait la menace merengue et trouvait le poteau (39e). Le retour des vestiaires n'a pas infléchi la physionomie du match, malgré la révolution d'Ancelotti (11 changements à la pause) quand Laurent Blanc opérait ses changements à doses plus homéopathiques.

Karim Benzema aurait pu tuer le match, d'un bel enchaînement contrôle poitrine - frappe du gauche en pivot mais la barre s'y est opposé (51e). Toujours percutants, les attaquants parisiens n'ont pas connu plus de réussite. Ni Ibra sur coup-franc (56e), ni Thiago Motta de la tête (58e), ni Coman après avoir dribblé le troisième gardien du Real, Jesus (81e). Pas plus Jérémy Ménez, dont la belle frappe enroulée n'a pu trouver le cadre (83e), juste après une tête à peine hors-cadre de Rabiot. Ce Real était largement prenable par le PSG. Pour peu que les hommes de Laurent Blanc règlent la mire.

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313