AFP

Le Mexique s'offre l'or, et le Brésil

Le Mexique s'offre l'or, et le Brésil

Le 11/08/2012 à 17:47Mis à jour Le 11/08/2012 à 18:18

Grand favori, le Brésil s'est incliné devant le Mexique (2-1) en finale du tournoi olympique, à Wembley.

L’histoire se répète une nouvelle fois pour le Brésil. La Seleção pensait que sa nouvelle génération allait enfin lui ramener le titre olympique, qu’elle n’a jamais gagné mais l’oisiveté et naïveté de sa défense - qu’on a pu constater durant l’intégralité de la compétition - lui ont été fatales.

Début cauchemardesque

Cette finale olympique, les Brésiliens l’ont abordé de la pire manière. Pratiquement dès le coup d’envoi de la rencontre, Rafael, harcelé par Fabian, tergiversait et réalisait une passe sans conviction et sans puissance pour Sandro. Aquino, bien veillant, interceptait la balle et servait Oribe Peralta qui, face au boulevard qui se présentait devant lui, avait tout le temps de loger la balle dans le petit filet de Gabriel malgré les retours de Thiago Silva et Juan Jesus. Tétanisés par l’enjeu et certainement par l’ouverture du score des Aztèques, les Auriverde balbutiaient leur football- Neymar marchait sur les pieds d’Alex Sandro et inversement- ce qui poussait Mano Menezes à faire un remplacement et lancer Hulk dans la danse.

Effet immédiat, le joueur du FC Porto envoyait une mine dès 30 mètres qui forçait Corona à la parade (38e). Les mouvements s’enchaînaient enfin, Marcelo en appui avec Leandro Damiao (41e) frappait au but mais sans réussite. L’entrée de Hulk laissait plus d’espace pour Neymar qui à son tour se montrait dangereux mais la pépite de Santos dévissait toutes ses tentatives (47e, 48e, 59e).

Peralta-Fabian, les poisons mexicains

Bien regroupés dans leur moitié de terrain, les joueurs mexicains se contentaient de défendre et attendre la moindre opportunité de contre ou offrandes des Brésiliens. Stratégie payante puisque Thiago Silva voyait son dégagement contré par Fabian qui perdait un premier duel avec Gabriel avant de tenter un improbable retourné qui tapait la barre transversale (64e). Mais "El Tri" pliait le match quelques minutes plus tard. Sur un coup franc de Fabian, Peralta, étrangement seul, crucifiait le gardien auriverde d’une tête puissante (74e).

La réduction du score de Hulk (91e) venait beaucoup trop tard pour les coéquipiers d’Oscar qui ratait une incroyable occasion (une tête non cadrée) à la toute dernière seconde du match. Le Mexique glane un deuxième titre international (après la Coupe de confédérations en 1999) mais ce succès n’est pas une surprise comme prévenait Luis Fernando Tena, le sélectionneur aztèque, avant la finale : "Les jeunes joueurs Mexicains ont une nouvelle mentalité. Nous avons été champions du monde des 17 ans (2005), 3e du Mondial des 20 ans (2011) et maintenant en finale olympique." Non Monsieur Tena, et maintenant champion olympique.

0
0