AFP

Yannick Carrasco négocie avec un club chinois et c'est une bonne nouvelle pour Monaco

Carrasco négocie avec un club chinois et c'est une bonne nouvelle pour Monaco
Par Fabien Borne via AFP

Le 22/02/2018 à 13:24Mis à jour Le 22/02/2018 à 14:04

TRANSFERTS - En mal de temps de jeu à l'Atlético Madrid, Yannick Carrasco est proche de signer en Chine selon la presse espagnole, qui parle d'un possible transfert de 30 millions d'euros. Une bonne nouvelle pour l'AS Monaco, qui avait négocié 25% sur sa future revente lors de son transfert chez les Colchoneros en 2015.

Yannick Carrasco se rapproche de la Chine. Après les fuites de la presse espagnole mercredi soir, le président du club madrilène Enrique Cerezo a plus ou moins confirmé l'information ce jeudi.

"Il semble qu'il est en train de négocier, il semble qu'il négocie. Mais pour ma part, je le répète, je viens de revenir il y a quelques heures du Mexique et il m'est impossible de vous dire quoi que ce soit", a confié Cerezo à la presse en marge d'un petit-déjeuner de presse à Madrid.

Monaco va récupérer 25% de son transfert

Selon les médias espagnols, Carrasco (24 ans) serait en négociation avec le Dalian Yifang. L'opération pourrait se concrétiser autour d'une indemnité de transfert d'environ 30 millions d'euros, sachant que Monaco, ancien club du Belge, doit hériter de 25% du prix de revente, soit 7,5 millions d'euros si le prix du transfert se confirme.

"L'agent du joueur négocie avec le consentement de l'Atlético et l'idée est que l'opération se concrétise cette semaine", écrit le journal sportif Marca. L'ailier belge n'a d'ailleurs pas été retenu dans le groupe "colchonero" jeudi pour affronter en soirée le FC Copenhague en 16es retour d'Europa League.

Carrasco, formé à Monaco, avait rejoint l'Atlético en 2015 en échange de 15 millions d'euros plus différents bonus, dont un montant de 25% sur la revente future. L'ailier belge s'est rapidement intégré au sein de l'effectif "colchonero", disputant 124 matches (23 buts). Mais son temps de jeu a été réduit cette saison par l'émergence d'autres attaquants, comme l'Argentin Angel Correa, et l'arrivée hivernale de Vitolo.

Le choix de partir en Chine, un championnat présenté comme moins exigeant que les compétitions européennes, pose néanmoins question pour l'international belge, qui prétend à une place parmi les 23 "Diables rouges" au Mondial 2018.

0
0