Getty Images

João Félix, de la lumière à l’ombre

João Félix, de la lumière à l’ombre

Le 22/02/2020 à 12:30Mis à jour Le 23/02/2020 à 13:31

LIGA - Recrue phare de l’Atlético de Madrid pendant l’été, João Félix devait dans l’absolu remplacer Antoine Griezmann au pied levé pour dynamiser un dispositif remanié suite aux départs de plusieurs cadres. Aujourd’hui, les faits sont là : de retour de blessure contre Villarreal ce week-end, l’international portugais peine encore à exister dans un club où l’ambition collective prévaut.

Le 26 juin dernier, le responsable de la comptabilité du Benfica de Lisbonne s’est sans doute mis à sourire jusqu’aux oreilles. Sur la table, une offre de transfert de 126 millions d’euros est formulée par l’Atlético de Madrid au club lisboète. Le joueur visé ? João Félix, âgé de seulement 19 ans et auteur de 20 buts et 11 passes décisives en 43 matchs toutes compétitions confondues depuis son passage chez les professionnels. Afin de combler le vide laissé par le départ d’Antoine Griezmann au Barça, Félix devient la quatrième recrue la plus chère de l’histoire derrière Neymar (222 millions), Philippe Coutinho (145 millions) et Kylian Mbappé (135 millions). Face à cela, il y a de quoi avoir le vertige.

"Les 126 millions ne sont jamais dans mon esprit"

Grâce au savoir-faire de son agent Jorge Mendes, Félix se retrouve propulsé dans un top club européen et peine dans un premier temps à en croire ses yeux. "On s'est dit : "Putain, j'ai coûté 126 millions.", rembobine le footballeur pour A Bola lors de la remise du Golden Boy 2019 en novembre dernier. J'ai compris qu'il y avait de grandes attentes autour de moi, mais je ne l'ai jamais vu comme une mauvaise chose. J'ai toujours été très calme dans cette phase d'adaptation, j'avais le soutien de ma famille et de mes amis, en plus de celui de l'Atlético. [...] Les 126 millions ne sont jamais dans mon esprit." Si le phénomène lusitanien apparaît impassible au moment d’analyser sa situation, les chiffres démontrent pourtant que sa première saison à l’Atlético nécessite de l’adaptation.

Vidéo - Felix : "Le prix du transfert ? C'est un truc de marché"

00:13

Chez son nouvel employeur, João Félix cumule en tout et pour tout vingt-quatre matchs officiels depuis son arrivée : dix-sept rencontres de Liga, un match de coupe d’Espagne, deux matchs de Supercoupe d’Espagne et quatre rendez-vous en Ligue des champions. Au total, c’est déjà plus de la moitié des rencontres disputées la saison passée lorsque la perle se révélait sur la scène portugaise et européenne (en Ligue Europa cette fois-ci). Résultat, son corps est en train de pâtir d’un changement de rythme. Sans compter les séances d’entraînement de Diego Simeone réputées pour leur forte intensité physique, Félix s’est blessé à la cheville droite en octobre puis à la jambe en janvier, occasionnant près de deux mois d’indisponibilité.

4 buts et 2 passes décisives à la fin février

Comble de la malchance : Félix s’est coltiné une angine la semaine dernière, l’empêchant de faire son retour à l’entraînement avant d’affronter Liverpool en C1. À l’heure où l’Atlético entame un virage possiblement décisif dans la conclusion de sa saison 2019-2020, voir João Félix retrouver la forme permettrait aux Madrilènes d’ajouter une flèche dans un carquois bien vide (le club est actuellement la septième équipe de Liga qui tire le plus au but avec 11,8 tirs/match et la onzième qui cadre le plus avec 3,8 fois/match). Aussi, cela pourrait offrir à l’intéressé la possibilité de dérouiller un compteur bloqué à quatre buts et deux passes décisives depuis le… 23 janvier dernier, date de la surprenante élimination face au Cultural Leonesa en seizièmes de finale de la coupe d’Espagne (2-1).

Joao Felix wurde zum Golden Boy ausgezeichnet

Joao Felix wurde zum Golden Boy ausgezeichnetGetty Images

João Félix peut-il retrouver son niveau de l’année passée à Benfica voire le bonifier ? La meilleure des réponses se trouve dans les dires de son entraîneur. "João est l’un des meilleurs footballeurs qu’on ait offensivement, décryptait Simeone en décembre dernier après une victoire contre Osasuna (2-0). Il a un don offensif pour créer le danger, un don de verticalité, qu’il montre régulièrement. J’aimerais qu’il ait un peu plus de carburant pour les fins de matchs, il faudrait peut-être qu’on le fasse courir un peu moins..." Et pour cause : avant sa première blessure à la cheville lors de la neuvième journée, Félix était le joueur le plus remplacé de Liga avec sept changements demandés par El Cholo sur les huit premières journées de championnat. Depuis cette période, seulement deux rencontres ont été jouées intégralement par le numéro 7 de l’Atlético. Le talent est là, mais le cardio doit suivre.

Souviens-toi, l’été dernier

Malgré cette problématique, João Félix peut se dire qu’il est tout à fait capable de flamber sous le maillot rojiblanco. La preuve ? Sa remarquable période d’avant-saison où la recrue avait régalé de quatre buts et trois passes décisives en cinq matchs lors d’une tournée estivale aux Etats-Unis. Au rayon des victimes, l’Atlético de Madrid avait consécutivement battu Chivas (0-0, puis 5-4 aux tirs au but), le Real Madrid (7-3), une équipe All-Star de la MLS (3-0), San Luis (2-1) et la Juventus de Turin (2-1) avant d’enchaîner trois succès en autant de rencontres pour s’installer en leader de la Liga. Oui, tout va très vite dans le football. Pour João Félix, c’est probablement la meilleure philosophie à adopter afin d’envisager un retour au premier plan à Madrid.

Vidéo - 7-3, l'humiliation : Diego Costa et Joao Felix ont fessé un Real à la rue

01:32
Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313