GUILLAUME HOARAU, le PSG doit être soulagé après cette victoire ?
G.H. : Oui, cette victoire fait énormément de bien. On travaille dur depuis le début, l'ambiance est très bonne dans le vestiaire. On voulait se racheter après la défaite face à Monaco, parce qu'on était vraiment passés à côté. On est resté soudés, on savait qu'on serait récompensés si on restait solidaires. Il fallait être patients, il fallait se faire mal. On l'a fait et on a mérité cette victoire. Bordeaux a bien joué mais nous avons répondu présent. On prend ces trois ponts qui font du bien et on va pouvoir continuer à travailler sereinement.
Pouvez-vous nous raconter votre but ?
Ligue 1
Paris n'a pas gâché
17/08/2008 À 03:45
G.H. : C'est sur un centre assez fort de Sylvain Armand. Je rate un peu mon contrôle, ça me fait reculer et je n'ai pas assez de force pour la frapper, alors j'essaie de la placer. J'ai eu de la réussite, tant mieux.
C'est votre premier but en Ligue 1. Est-ce un poids en moins ?
G.H. : C'est sûr que c'est important de débloquer son compteur, pour tous les attaquants. Mais c'est la récompense du travail de tout un groupe. On est resté soudés sur le terrain, c'était dur. Je marque ce but, mais j'ai vu le soulagement dans les yeux de tous mes partenaires. Et c'est ça le plus fort. Je pense que, si on garde le même état d'esprit, on va avancer.
Vos coéquipiers vous ont même sauté dessus ce but ?
G.H. : Oui (Rires). Mais cela aurait été pareil pour n'importe qui. On a un groupe soudé et cette victoire fait vraiment du bien ou tout le monde. Je suis content d'avoir marqué, parce que je suis attaquant, mais je ne vais pas m'arrêter là. On va continuer à travailler pour avancer.
Est-ce que vous avez ressenti la difficulté de jouer au Parc des Princes ?
G.H. : C'est dur de jouer partout, la Ligue 1 est un très bon championnat. Ça fait deux ans que je travaille dur pour pouvoir justement jouer ce genre de match. C'était ma première au Parc, je ne voulais vraiment pas la rater. Je me suis dit "donne-toi, on verra si ça passe ou pas". Jouer des matches comme ça, c'est comme un rêve et là il passe à la réalité. Il fallait répondre présent, et j'espère que ce ne sera pas mon dernier but. Et que je vais continuer à progresser.
Quelles sont les différences entre la Ligue 2 et la Ligue 1 ?
G.H. : Tout va plus vite ! Les phases offensives et défensives sont plus précises donc il faut vraiment être concentrés. Il y a l'impact physique aussi. Après, tout est question de confiance. Quand on est bien dans sa tête, on est capable de faire de belles choses. Je sais ce que j'ai à faire pour pouvoir m'imposer à ce niveau. La route est encore longue mais je veux me donner les moyens d'y parvenir.
Ligue des champions
L'héritier est-il enfin prêt à être sacré ?
IL Y A 3 HEURES
Ligue des champions
"Drame à Paris" et "Neymar chambre Kimmich" : la presse allemande l'a mauvaise
IL Y A 5 HEURES