Imago

Réveillère : "Il faut y croire"

Réveillère : "Il faut y croire"
Par Eurosport

Le 13/05/2009 à 11:00Mis à jour

La victoire contre Nantes (3-0) a regonflé le moral des Lyonnais. Pour Anthony Réveillère, l'OL ne doit rien lâcher dans ce sprint final tout en guettant un faux pas de ses concurrents bordelais et marseillais.

ANTHONY REVEILLERE, voilà une victoire qui doit faire du bien….

ANTHONY REVEILLERE : Oui, car cela faisait longtemps que nous n'avions pas gagné 3-0 à domicile. C'était donc une belle soirée pour nous, qui vient conclure en beauté un stage à Evian qui a été bénéfique. Il nous restait quatre matchs de championnat pour bien terminer, nous avons bien débuté cette série contre Nantes.

Quel est aujourd'hui l'objectif de l'OL?

A.R. : On verra, il faut analyser le championnat journée après journée. On fera le bilan après les autres matchs de cette 35ème journée, notamment ceux de Bordeaux et de Marseille. On y verra également plus clair dimanche après notre rencontre à Marseille.

Avez-vous envie de rêver de nouveau au titre?

A.R. : Il faut y croire. Comme j'ai l'habitude de le dire, il ne faut pas lâcher. Contre Nantes, nous avons bien réagi. Dans le jeu, c'était beaucoup mieux même si tout n'a pas été parfait. C'est important pour la suite.

Le moral est donc à la hausse…

A.R. : Oui mais nous n'avons jamais vraiment baissé les bras car cela est impossible lorsque l'on joue à Lyon. Même si nous sommes derrière Bordeaux et Marseille, nous sommes malgré tout dans une bonne position car nous sommes en haut du classement. La pression est donc plutôt positive alors qu'il est en revanche très compliqué de jouer pour se maintenir.

Le retour de Sidney Govou est-il une bonne chose pour le groupe?

A.R. : C'est bien. Comme moi, on l'avait un peu condamné prématurément en annonçant que sa saison était terminée. Sidney a un gros mental, il est impressionnant. C'est un plus pour l'équipe : "Sid" est un cadre, il apporte beaucoup à l'équipe sur et en dehors du terrain.

Lyon est-il capable de s'imposer dimanche à Marseille?

A.R. : Dans le football, tout peut arriver. À Marseille, la pression sera plutôt sur l'OM : à domicile, les Marseillais devront faire le jeu. Malgré un contexte difficile, nous pouvons nous appuyer sur notre expérience. Nous avons gardé cette capacité à réagir et à maîtriser les évènements.

L'objectif sera-t-il d'empêcher Marseille d'être champion ?

A.R. : (Sourire). Non, notre objectif est de prendre le maximum de points sur les trois dernières journées. Après, on ne sait jamais ce qui peut se passer… Dans le football, tout va très vite. Il faut y croire jusqu'au bout même si nous n'avons pas notre destin entre nos mains.

Àtitre personnel, un mois après Monaco, attendiez-vous avec impatience ce deuxième match depuis votre retour de blessure?

A.R. : Après Monaco, j'ai été à deux reprises le dix-neuvième homme. Mais je n'ai pas lâché, j'ai continué à travailler à l'entraînement. Contre Nantes, malgré quelques difficultés au début de la rencontre, je pense avoir réalisé un bon match. Je suis content. Pour moi, ce n'est que du bonus, que du plaisir.

0
0