Getty Images

Ce supporter guingampais... qui a créé le maillot de l'EAG pour la saison prochaine

Supporter et... créateur du maillot de l'EAG : "J’avais la pression de savoir s’il allait plaire"

Le 19/05/2018 à 18:40Mis à jour Le 19/05/2018 à 18:42

La fin de saison est toujours le temps de la présentation des nouveaux maillots. Si, globalement, les couleurs historiques sont respectées, les équipementiers savent se faire plaisir, au détriment parfois des fans. Guingamp a décidé de confier la création de son maillot à un supporter. Une initiative qui a permis à l’auteur, Franck Baudouin, de revisiter un maillot rétro. Avec succès. Entretien.

Ca fait quoi de voir Kerbrat et Briand porter le maillot qu’on a dessiné ?

Ça fait bizarre et surtout très plaisir. J’ai mis la présentation en photo de couverture sur mes réseaux sociaux !

Est-ce que tu peux décrire brièvement ta réalisation ?

L’idée de base était de refaire le maillot mythique de la première montée en D1 de 1995 et de le moderniser. Le rétro revient à la mode, on le voit avec le maillot de l’Espagne et de l’Allemagne à la Coupe du monde. On a décidé de surfer sur la vague. C’était aussi une demande du club. Depuis longtemps, ils souhaitaient faire un maillot rétro. En début de saison, le club avait fait un sondage chez les Kalon (un club de supporters-actionnaires de l’EAG, lancé au début de la saison, NDLR) pour élire le plus beau maillot de l’histoire du club, et c’est celui de 1995 qui a gagné.

" Si tu sors des couleurs basiques, tu risques de te faire engueuler"

Comment t’es-tu retrouvé à la tête de ce projet ?

Ca fait deux ou trois ans que je partage des créations sur les réseaux sociaux. Un jour, ça a fini par tomber sur le bureau du directeur marketing. Il m’a appelé pour me dire “On veut travailler avec toi”. Je suis un des fondateurs des Roud Boys, un site de fans de l’EAG et j’ai travaillé sur le graphisme et la création du site. Je suis en train de créer ma micro-entreprise dans le graphisme. J’ai fait aussi une couverture de bouquin. J’ai d’ailleurs déjà travaillé pour la communication du club pour leur faire des visuels. Le directeur marketing ne me connaissait pas, mais ça a sûrement aidé.

Avais-tu un cahier des charges à respecter ou étais-tu assez libre ?

Il y a eu des échanges mais je n’avais pas spécialement de règles à respecter. En premier lieu, le directeur Marketing m’a demandé de lui envoyer tout ce que j’avais fait auparavant, mes créations et tout. Et dedans, justement, il y avait une réimagination du fameux maillot à damier. Il m’a tout de suite dit : “je veux ça mais en encore plus moderne”. Parce que dans le maillot “Rippoz” de 1995, il n’y a qu’un gros sponsor. L’idée était donc de pouvoir mieux placer les différents sponsors, le logo, avoir une meilleure harmonie. Pour les couleurs ensuite, je suis resté dans du classique. Parce que si tu sors des couleurs basiques tu peux te faire engueuler par les supporters.

" Avec Patrick, l’équipementier, on était en concurrence"

Quel a été l’impact de l'équipementier et du club dans le résultat final par rapport à ton idée de départ ?

On a beaucoup échangé avec le club par rapport au placement des sponsors, c’est surtout ça. Le partenariat avec Armor Lux s’est décidé très tard. On a su qu’ils seraient sur le maillot il y a deux mois seulement. Du coup il fallait faire par rapport à leurs demandes : ils voulaient être plus haut donc il a fallu s’adapter. Par contre, je n’ai jamais été en relation avec Patrick. En fait, on était en concurrence : eux proposait un maillot, moi aussi, et le club tranchait.

Est-ce que tu demandais à des supporters leur avis quand tu avançais, par exemple au membre des Roud Boys ou des Kalon dont tu fais partie ?

Ca fait longtemps qu’on parle de maillot avec des supporters, avec des membres de Roud Boys. Il me donnait des conseils. Au fil des années on lisait sur les réseaux sociaux ce qu’attendaient les supporters.

Le fait que l’équipementier de Guingamp, cas unique en L1, imprime sur une seule pièce au lieu de broder ou floquer les sponsors et le fanion, ça change quelque chose ?

Pour ma création, pas vraiment, même si j’aurais aimé avoir un logo brodé ou un logo en patch, mais ce n’était pas possible. C’est ce qui revient le plus souvent dans les critiques des supporters : le fait que le maillot n’ait pas de relief, ou encore la qualité du tissu. Moi j’ai essayé de voir ce qu’il était possible de faire, mais tout ça dépendait plus de Patrick que du club.

" Je vais pouvoir récurer les toilettes avec"

Guingamp fait beaucoup participer ses supporters, avec Kalon, par exemple, puis maintenant en confiant la confection du maillot à un supporter. c’est quoi ton regard là-dessus ?

C’est en harmonie avec le côté familial du club, il y a toujours eu une grosse proximité. Tout est ouvert dans ce club, même les entraînements. Kalon, 15 000 personnes ont souscrit au principe donc c’est un réel engouement. Il n’y a pas encore eu de retombées car ils viennent de nommer le trésorier et le président, mais pour 40 euros tu marques officiellement que tu es supporter du club, c’est pas grand chose dans ton budget supporter et, en même temps, c’est important.

Quel est le retour des supporters sur le maillot de la saison prochaine ?

J’ai eu beaucoup de retours positifs. J’avais la pression de savoir s’il allait plaire ou pas. Mais comme il est proche du maillot Rippoz qui est considéré comme le maillot mythique du club, ça a fonctionné..

Tu n’as pas reçu des critiques ?

J’en ai eu quelques-unes mais il y en aura toujours. Ce ne sont pas des critiques très constructives. J’ai reçu des choses du genre : "je vais pouvoir récurer les toilettes avec"... Rien qui va m’empêcher de continuer mes créations.

Est-ce que tu penses que c’est important que les supporters soient impliqués sur le maillot ? Aujourd’hui, le côté marketing est souvent critiqué par les supporters.

C’est important. Faut pas une implication totale non plus parce que plus tu demandes aux gens leur avis, plus il y aura des divergences et donc tu te retrouveras avec des trucs pas top. Je pense que Guingamp voulait un regard différent de ce que propose Patrick, même si l’équipementier est au fait de l’histoire du club. Mais il faut demander aux supporters. Je vais prendre l’exemple de Rennes : l’année dernière, ils avaient assemblé maillot rouge et short rouge et ils avaient dû changer en cours de saison parce que ça ne plaisait vraiment pas aux supporters. Rennes, c’est short noir, haut rouge. C’est comme ça.

guingamp

guingampEurosport

Pariez sur le Football avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0