Getty Images

Pas de sanction pour le PSG dans le cadre du fair-play financier

Pour le moment, Paris s'en tire à bon compte

Le 13/06/2018 à 17:59Mis à jour Le 13/06/2018 à 18:27

LIGUE 1 - Le Paris Saint-Germain peut souffler. Le club de la capitale n'a pas été sanctionné après l'examen de ses comptes par l'instance de contrôle financier des clubs de l'UEFA (ICFC). Il lui faudra cependant vendre des joueurs d'ici au 30 juin par rapport à ses comptes de l'exercice 2017-18, qui n'ont pas été étudiés lors de cette enquête.

C'est une belle bouffée d'oxygène pour Paris. Le PSG est passé entre les mailles du filet du fair play financier. Enfin pour le moment. Alors que tout semblait aller dans le sens d'une sanction dès cet été, le club parisien a finalement été épargné par l'instance de contrôle financier des clubs. Après cinq jours marqués par de vifs débats, le gendarme financier de l'UEFA a choisi de ne pas mettre à l'amende le champion de France cette fois-ci. Mais il n'est pas encore l'heure de sortir le champagne. Paris va en effet devoir vendre très vite pour rester dans les règles imposées par l'UEFA.

Alors que certains grands clubs et le président de la Lige espagnole mettaient la pression, Paris a donc évité les foudres de l'UEFA cette fois-ci. Pourquoi ? Tout simplement car l'instance s'est penchée sur les exercices 2014-2015, 2015-2016 et 2016-2017. Donc avant les achats de Neymar (222 millions d'euros, le montant de sa clause libératoire, versés à Barcelone) puis de la pépite Kylian Mbappé (135 millions d'euros + 45 de bonus). Et dans ce contexte, Paris n'affiche pas un déficit supérieur à 30 millions d'euros cumulé sur trois exercices.

Neyma et Kylian Mbappé

Neyma et Kylian MbappéImago

60 millions d'ici le 30 juin ?

Cela même si certains contrats passés par le club parisien avec des parties liées, c'est-à-dire des entreprises ou organismes proches de son actionnaire, l'Etat qatari (Ooredoo, Qatar National Bank, office du tourisme qatari...), ont été jugés "significativement surévalués" par le cabinet indépendant spécialisé en marketing sportif et mandaté par l'UEFA. Malgré cette "décote" que le PSG conteste, les comptes parisiens ne sont donc plus à l'équilibre. Cependant, le champion de France respecte encore les conditions de déficit imposées par l'instance de contrôle financier des clubs de l'UEFA.

Jusqu'à présent, tout va donc bien pour le PSG qui avait déjà été puni en 2014 à la suite d'un contrat passé avec l'office du tourisme du Qatar et pouvait se retrouver limité sur ses capacités de recrutement ou même privé de compétitions européennes. Mais le dossier n'est pas réglé. Le PSG va devoir s'activer. "L'impact financier des transferts de l'été 2017 va rester sous la haute-surveillance dans les prochaines semaines", annonce déjà l'UEFA dans son communiqué. Et selon L'Equipe, Paris va ainsi devoir vendre d'ici le 30 juin. Le quotidien sportif parle de 60 millions d'euros à récupérer dans les prochains jours pour s'éviter les foudres de l'UEFA. Voilà qui promet un début de mercato passionnant.

0
0