Football
Ligue 1

La LFP ouvre une instruction après des soupçons de match arrangé entre Caen et Angers

Partager avec
Copier
Partager cet article

La pelouse du stade Michel d'Ornano impraticable.

Crédit: Getty Images

ParEurosport
16/04/2019 à 16:02 | Mis à jour 16/04/2019 à 16:03

LIGUE 1 - Avant la rencontre, le président de l'En Avant Guingamp, Bertrand Desplat, a fait part à la LFP de ses doutes au sujet du match Caen - Angers (0-1) disputé samedi dernier, révèle L'Equipe. Renseigné par un de ses joueurs, le président Desplat se déclare être simplement "un lanceur d'alerte".

Cinq ans après l'affaire du match truqué entre Caen et Nîmes (1-1) en Ligue 2, le football français va-t-il traverser une nouvelle tempête ? Selon les informations de L'Equipe, La Ligue de Football Professionnel aurait été prévenue en fin de semaine dernière par le président guingampais Bertrand Desplat d'un possible arrangement entre Caen et Angers (0-1), match comptant pour la 32e journée de Ligue 1.

Match amical

Troisième défaite en cinq matches pour le LOSC, battu cette fois par l'AZ Alkmaar

IL Y A 2 HEURES

"Mon joueur m'a dit des choses qui m'ont paru étranges donc j'ai alerté la Ligue, l'autorité de tutelle dont un des rôles est de s'assurer de l'équité sportive, et en particulier en cette fin de saison", a déclaré le président guingampais à L'Equipe. "Je n'ai dénoncé personne, je n'ai accusé personne. (…) Je n'ai voulu mettre la pression sur personne. Je suis juste un lanceur d'alerte", a-t-il poursuivi alors que Caen (20e) et Guingamp (19e) luttent pour obtenir leur maintien dans l'élite.

Dossier soumis à la commission de discipline

Des suspicions qui auraient été divulguées aux deux clubs respectifs bien avant le cours de la rencontre. "Oui, on a été prévenus par notre président Gilles Sergent, a confirmé le co-entraîneur du Stade Malherbe de Caen, Rolland Courbis, au quotidien sportif. Ce dernier a été alerté par son président, Gilles Sergent, sur de potentielles discussions entre joueurs caennais et angevins avant le match.

Par conséquent, La Ligue de football professionnel (LFP) a ouvert une instruction pour des rumeurs, non étayées à ce stade, a indiqué l'instance mardi, confirmant une information de L'Equipe. "Dans le cadre de cette procédure, la commission de discipline a été automatiquement saisie et a ouvert une instruction depuis hier (lundi)", explique la Ligue dans un communiqué.

"Le Directeur Général de la LFP (Didier Quillot) a été saisi par téléphone le samedi 13 avril 2019 après-midi par le président de l'EA Guingamp, qui a ensuite confirmé ses propos le jour même par mail", précise la LFP. "Le Directeur Général de la LFP a appliqué la procédure selon laquelle les acteurs du jeu et les officiels sont prévenus des doutes sur l'intégrité de la rencontre. Sauf instruction contraire d'une autorité judiciaire, ne pas le faire aurait exposé la LFP à des sanctions pénales", souligne l'instance.

"Lamentable"

Mardi midi, le SM Caen n'a pas tardé à réagi en publiant un communiqué où il déplore l'attitude du club breton : "La commission de discipline de la LFP s’est saisie de l’enquête qui devra déterminer dans quel intérêt l’EA Guingamp a appelé la LFP en amont du match SM Caen / Angers SCO. Le Stade Malherbe Caen déplore ces jeux de coulisse, dont il se passerait volontiers." "Ce sont des accusations inacceptables de la part de Guingamp qui remettent en cause notre intégrité", a de son côté expliqué Saïd Chabane, président d'Angers, à Ouest-France.

"Elles jettent tout un discrédit par rapport à l'ensemble du football quand on sait aujourd'hui tous les enjeux d'une place dans un classement. C'est lamentable, lamentable. Mais quand vous êtes aux abois, vous vous raccrochez à ce que vous pouvez", poursuit-il.

League One

La dégringolade : Wigan descend en troisième division

04/08/2020 À 20:14
Ligue 1

À Strasbourg, le coronavirus frappe encore : quatre nouveaux cas détectés au club

04/08/2020 À 17:35
Dans le même sujet
FootballLigue 1SCO AngersSM Caen
Partager avec
Copier
Partager cet article